Le directeur de la PJ parisienne sera "remplacé"

  • A
  • A
Le directeur de la PJ parisienne sera "remplacé"
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, a regretté la "faute de déontologie" commise par Christian Flaesch.

Invité de la matinale d'Europe 1 mercredi, Manuel Valls a indiqué que le directeur de la PJ parisienne, Christian Flaesch, "sera remplacé dans les heures ou dans les jours qui viennent". Christian Flaesch a fait l'objet d'une mise en garde du parquet général à propos d'un appel à Brice Hortefeux, dans lequel les deux hommes évoquent une audition comme témoin de l'ex-ministre de l'Intérieur dans le cadre d'une procédure judiciaire.

"Je regrette qu'il ait commis cette faute, parce que c'est une faute, c'est une faute de déontologie d'avoir choisi d'informer l'ancien ministre de l'Intérieur", a estimé Manuel Valls. "Christian Flaesch sera remplacé dans les heures ou dans les jours qui viennent. "Le choix est fait", a-t-il indiqué, sans vouloir en préciser davantage.



Manuel Valls : "La France a une mission à...par Europe1fr

"Christian Flaesch est un grand flic, c'est un très grand professionnel", a souligné Manuel Valls. "Ca fait 6 ans et demi qu'il est à la tête de la PJ, donc il est par ailleurs normal qu'à un moment ou à un autre, il soit remplacé", a-t-il ajouté au micro d'Europe 1.

>> A lire aussi : Le coup de fil gênant pour le patron de la PJ parisienne

Le ministre de l'Intérieur a souligné que "pendant des années, (il y a eu) certaines conceptions de la politisation de la police. Ca n'est évidemment absolument pas ma règle, c'est même une question d'éthique. Il faut choisir des hommes ou des femmes à la tête de la police comme de la gendarmerie, qui aient d'abord les compétences".

Un nouveau patron de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) doit par ailleurs être nommé mercredi en conseil des ministres. Manuel Valls a refusé sur Europe 1 d'en dévoiler le nom, sans démentir qu'il pourrait s'agir de Mireille Ballestrazzi, présidente d'Interpol depuis un an.

123, sur le même sujet

INTERVIEW - "Le ministère de l'Intérieur est un budget prioritaire"

ZOOM - Coup de fil gênant pour le patron de la PJ parisienne