Le dalaï lama fait salle comble à Toulouse

  • A
  • A
Le dalaï lama fait salle comble à Toulouse
Le dalaï lama est en visite à Toulouse pour trois jours.@ REUTERS
Partagez sur :

Des milliers de personnes ont écouté le chef spirituel des Tibétains à Toulouse samedi.

Une participation record. Ils étaient plus de 7.000, pratiquants ou sympathisants, au Zénith de Toulouse samedi pour suivre la première des trois journées d’enseignement du dalaï lama. En 1982, sa venue n’avait rassemblé que 500 participants dans la Ville rose, et 2.500 en 1993. Au programme ce week-end : une conférence sur un texte, Les Étapes de la méditation et, lundi, un autre sur le thème de "l’art du bonheur".

Le dalaï lama arrive à son hôtel à Toulouse :

Un grand moment pour les participants, assis en tailleur à même le sol ou dans les gradins. Fabienne, néophyte, assure avoir ressenti "beaucoup d'émotion". "On sent qu'il y a une force intérieure, quelque chose qui envahit la salle et qui rentre dans les tripes, ça se ressent de l'intérieur, c'est une grande force", a-t-elle confié à Europe 1. Hélène, qui a déjà assisté à plusieurs conférences du dalaï lama, y voit un "cadeau du ciel". "Il me semble qu'il a une telle capacité à ouvrir le coeur des gens qu'il peut peut-être les amener à des compréhensions qu'intellectuellement ils ne seraient pas capables d'avoir, mais dans un autre registre, et ça va travailler en nous", a-t-elle décrypté.

L'affluence est telle que les organisateurs ont installé un écran à l’extérieur. Et pour ceux qui n’ont pas pu se rendre à Toulouse, l’intégralité des enseignements et conférence sont retransmis en direct sur Internet. Preuve que le dalaï lama se veut moderne, il était même possible de lui poser des questions via la page Facebook de l’évènement.

"Garder une part de scepticisme"

Les deux jours d’enseignement de samedi et dimanche portent donc sur Les Etapes de la méditation, un texte de Kamalashila, maître indien du VIIIe siècle, une œuvre qui est une "clé qui permet d’ouvrir la porte de tous les autres grands ouvrages bouddhistes". Depuis un trône surélevé au milieu de la scène, le dalaï lama, qui s’exprimait en anglais, a notamment appelé à "garder une part de scepticisme en écoutant un enseignement […], ne pas l’accepter à la lettre". Dans la salle, 85% des inscrits étaient Français. Lundi, la conférence sur "l’art du bonheur" sera introduite par Stéphane Hessel, auteur de Indignez-vous.

Le leader spirituel, qui vient d’abandonner ses pouvoirs politiques à un nouveau Premier ministre, Lobsang Sangay, en a profité pour rappeler que la question de sa propre réincarnation ne concernait que lui. "C’est mon affaire, ce n’est l’affaire de personne d’autre", a-t-il prévenu, mettant en garde la Chine contre toute implication dans ce domaine. Il a en outre abordé la question des révolutions dans le monde arabe, dans lesquelles il voit "un signe extrêmement clair que la voie de la démocratie et de la liberté est la seule possibilité".

Le dalaï lama a également dispensé ses conseils sur l'art du bonheur, avec cette maxime à méditer : "faites au mieux avec optimisme, ne ressentez aucun regret".