Le coup de gueule de Le Drian

  • A
  • A
Le coup de gueule de Le Drian
Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense, a poussé un coup de gueule pour mettre un terme aux problèmes de soldes des militaires français.@ MaxPPP
Partagez sur :

Le ministre de la Défense a promis de régler les dysfonctionnements dans le paiement des soldes.

Il s’appelle Louvois. Et depuis un an, c’est le cauchemar des soldats français. Cet ennemi invisible n’est pourtant un monstre de technologie surarmé : il s’agit d’un logiciel de paie. Mis en place pour améliorer  la gestion des fiches de paie des soldats, il connaît quantité de bugs depuis son installation en octobre 2011. A tel point que certains soldats n'ont plus touché un sou depuis trois mois. Une situation intolérable, à laquelle le nouveau ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a décidé de s'attaquer en urgence absolue.

"Indigne d’un pays comme la France"

Jean-Yves Le Drian s'est engagé mercredi à "ne pas lâcher le morceau". "Ce que nous constatons est indigne d'un pays comme la France"a-t-il déploré au micro d'Europe 1 en visitant le centre d'appels mis en place début octobre à Rambouillet, dans les Yvelines, pour recueillir les appels des militaires et de leurs familles qui constatent des erreurs dans le versement des soldes.

Pour Le Drian, "ce que nous constatons est indigne de la France" :

Depuis le basculement en octobre 2011 des 130.000 bulletins de soldes de l'Armée de Terre sur le nouveau logiciel des armées Louvois, des dizaines de milliers d'erreurs de paiements se sont produites. 129.000 cas ont déjà été réglés, selon le ministère. Mais les difficultés persistent sans que les services de la défense ne soient en mesure de régler le problème.

Un numéro vert submergé d’appels

Un numéro vert mis à la disposition des militaires à recueilli plus de 5.000 appels depuis le 1er octobre. Et 2.500 dossiers ont été ouverts pour tenter de régler des situations personnelles. Après des pointes à 500 appels quotidiens début octobre, les 33 opérateurs de la "Cellule Solde Assistance" répondent encore à 250 appels par jour.

"Je considère que c'est un vraie crise, il faut la gérer comme telle", leur a lancé Jean-Yves Le Drian, venu constater la mobilisation de ses troupes. "Il y a eu une décision qui ne m'appartient pas, et que je n'ai aucune envie d'assumer, de centraliser les soldes dans un système unique qui s'appelle Louvois" (Logiciel unique à vocation interarmées de la solde), a-t-il rappelé.

Les soldats en "opex" particulièrement touchés

Les erreurs liées notamment à la multiplicité des primes et traitements, à la mobilité ou à l'engagement extérieur des militaires. Environ 60% des cas concernent des soldats en opérations extérieures (Opex), comme en Afghanistan.

"Il y a rien de plus insupportable que d’avoir des militaires qui viennent de risquer leur vie pour leur pays et qui n’ont pas de soldes ou seulement un rappel qu’ils ne comprennent pas", a fustigé le ministre de la Défense.

"C’est moi qui suis dans la rue"

Soldes non versées, frais de déplacement ou de déménagement non remboursés... Des conjoints de militaires, qui eux peuvent s'exprimer librement, ont dénoncé des situations dramatiques, que la Défense a longtemps tenté de minimiser. "Dans le privé ou le civil, ça fait longtemps qu'il y aurait du monde dans la rue. Et bien c'est moi qui suis dans la rue", a asséné le ministre.

Combien de temps le ministre se donne-t-il pour régler le problème ? "L'idéal serait que ce soit fini à Noël", dit-il, mais le délai semble un peu court. "Tout sera traité, reprend-il, mais on va faire le plus gros avant Noël".