Le corps de Merah transféré en Algérie ?

  • A
  • A
Le corps de Merah transféré en Algérie ?
@ MAX PPP
Partagez sur :

La famille du "tueur au scooter" en a en tout cas fait la demande, selon le CFCM.

Le corps Mohamed Merah devrait bien reposer en Algérie. La famille du "tueur au scooter", qui a revendiqué les tueries de Toulouse et Montauban, était divisée sur la question depuis plusieurs jours. Finalement,  le transfert de son corps en Algérie va être demandé, en respect du vœu de sa mère, a indiqué mardi un responsable du Conseil français du culte musulman, le CFCM, qui est en contact avec la famille.

Le père de Mohamed Merah était lui-même favorable à ce qu'il soit inhumé en Algérie. "J'ai décidé d'enterrer, Inchallah, mon fils en Algérie", avait déclaré Mohamed Benalel Merah lundi soir. "Son frère Abdelghani m'a appelé pour m'assurer qu'ils font le nécessaire pour le ramener en Algérie. Mohamed (Merah) a un passeport algérien et est inscrit au consulat de Toulouse depuis sa naissance", a-t-il ajouté.

"Mohamed voulait s'installer en Algérie"

Djamel Aziri, l'oncle maternel de Mohamed Merah, avait également argumenté que "Mohamed voulait s'installer en Algérie où il comptait fonder un foyer parce qu'il avait fini par détester la France où sa situation sociale était devenue difficile". Selon cet oncle, le "tueur au scooter" avait séjourné pour la dernière fois en Algérie en 2010 : "il avait alors demandé à son père de lui acheter un appartement pour se marier mais il avait essuyé un refus".

Seul le frère du "tueur au scooter", Abdelghani, était contre le transfert de son corps. Mais il "s'est résigné", tout en décidant "de ne pas assister à l'enterrement", a indiqué le CFCM.

Au départ, trois pistes étaient envisagées pour la dépouille de Mohamed Merah : le rapatriement du corps en Algérie donc, et ce même si le jeune homme n'y a jamais vécu, une sépulture anonyme en banlieue toulousaine, ou l'enterrement dans un carré musulman. Mais des membres de la communauté musulmane avaient d'ores et déjà confié leur scepticisme.