Le convoi de déchets nucléaires à bon port

  • A
  • A
Le convoi de déchets nucléaires à bon port
Un convoi de déchets nucélaires hollandais va traverser douze départements français avant d’arrivée à destination à La Hague. (photo d'archives)@ MaxPPP
Partagez sur :

Parti des Pays-Bas, il a atteint son terminus à Valognes, dans la Manche, sans encombres.

C’est un convoi secret dont les associations écologistes avaient décidé de rendre le trajet public. Mais le train transportant des déchets nucléaires, parti mardi après-midi de Borssele, aux Pays-Bas, est arrivé sans encombres mercredi son terminus à Valognes, dans la Manche. C'est à partir de là qu'il rejoindra l'usine de retraitement Areva de la Hague.

Le réseau Sortir du nucléaire avait appelé à des manifestations tout au long du trajet du convoi, à Sequedin, dans le Nord, à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis ou à Sotteville-lès-Rouen, en Seine-Maritime pour dénoncer "l'irresponsabilité des autorités". Celles-ci veulent "enfermer la France dans l'impasse atomique", fustigeait le réseau Sortir du nucléaire, "à quelques jours seulement du triste anniversaire de la catastrophe de Fukushima", le 11 mars.

"Une véritable forteresse roulante"

"On communique sur le passage de ces convois de déchets nucléaires, qui ne sont pas connus. Officiellement ça reste secret défense et donc les autorités locales n'en ont pas connaissance, c'est un vrai scandale", avait aussi déploré Lise Daleux, militante Europe-Ecologie-Les-Verts. Au total, le convoi doit traverser douze départements français avant d’arrivée à destination : le Nord, le Pas-de-Calais, l’Aisne, l’Oise, la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis, le Val-d'Oise, les Yvelines, l’Eure, la Seine-Maritime, le Calvados et la Manche.

Areva a indiqué de son côté que ce train était "une véritable forteresse roulante" contre les radiations. En France, les combustibles nucléaires usagés ne sont pas considérés comme des déchets par la loi, car ils sont considérés comme potentiellement réutilisables après retraitement.