Le combat de Elle pour les femmes

  • A
  • A
Le combat de Elle pour les femmes
@ REUTERS
Partagez sur :

François Fillon a reçu du magazine "24 propositions pour transformer la vie des femmes".

Quarante ans après la première édition, le magazine Elle a renouvelé l’expérience des Etats généraux de la femme. La rédaction a organisé des débats dans plusieurs villes de l’hexagone pendant six mois et une grande journée de conclusion vendredi dans les locaux de Science Po Paris. De nombreuses personnalités connues pour leur engagement pour la cause féminine et des dirigeants politique et économiques étaient présents; ainsi que les lectrices du journal qui ont participé aux débats des six derniers mois.

L’équilibre carrière et enfant

Les lectrices ont contribué à élaborer 24 propositions "pour transformer la vie des femmes… et celles des hommes", qui portent sur le travail, l’éducation, la politique et les violences. Y figurent l'égalité de rémunération effective entre hommes et femmes, 500.000 places en crèches publiques d'ici 2017, un congé parental rémunéré à 80% du salaire brut et l'interdiction des réunions trop matinales ou trop tardives. La question de l'égalité salariale entre hommes et femmes est "la plus juste à défendre pour les femmes" pour 64% des Françaises, selon un sondage Ifop réalisé pour le magazine Elle.

Après les préoccupations liées aux carrières, viennent la lutte contre les violences faites aux femmes (62%) puis l'égal accès des femmes aux postes à responsabilités (40%), et la défense du droit à l'avortement (20%), toujours selon le sondage. Le livre blanc propose donc l'enseignement de l'histoire des femmes à l'école, de même que les relations entre les sexes, en plus de l'éducation sexuelle.

"Un combat en partie gagné"

La meilleure représentation des femmes en politique n'est la cause la plus juste que pour 7% des Françaises. Le livre blanc préconise dans ce domaine l'instauration d'un ministère - et non un secrétariat d'Etat - des Droits de la femme, l'enseignement de l'histoire des femmes à l'école, de même que les relations entre les sexes, en plus de l'éducation sexuelle.

"En France le combat pour les droits est en partie gagné mais il reste le combat pour les faits", a déclaré François Fillon en recevant le libre blanc. Il s’est prononcé pour l'instauration de pénalités "insupportables" pour les partis politiques qui ne respectent pas la parité, afin que les Françaises soient mieux représentées dans la vie publique. Le Premier ministre a aussi défendu le choix de légiférer contre le port de la burqa "de façon large, claire et progressive", proposant notamment un délai de six mois avant que les sanctions s'appliquent

Simone Veil présidente d'honneur

Simone Veil a été ovationnée par le public à son arrivée. L'académicienne a endossé le rôle de présidente d'honneur des Etats généraux, taillé sur mesure pour celle qui a notamment défendu la légalisation de l'avortement en France.