Le casse-tête des familles recomposées

  • A
  • A
Le casse-tête des familles recomposées
Selon les chiffres de l'Institut national de la statistique (Insee), 1,2 million d'enfants vivent aujourd'hui au sein de familles recomposées.@ Maxppp
Partagez sur :

Publié jeudi, le Guide de premiers secours pour une vie harmonieuse fourmille de conseils.

Un mariage sur trois finit par un divorce. Conséquence mathématique, le nombre de familles recomposées se multiplie. Selon les chiffres de l'Institut national de la statistique (Insee), 1,2 million d'enfants sont concernés aujourd'hui. Une situation souvent difficile à vivre pour chacun des membres de la famille.

 

"Un exercice difficile mais très salutaire"

Il y a plusieurs étapes lorsque l'on recompose une famille, et parmi celles que racontent les parents, il y en a qui ne sont pas forcément évidentes. C'est le cas de l'éducation des enfants. Recomposer une famille avec les enfants d'un autre et prendre le train en marche n'est pas tous les jours facile.

"Jusqu'où ne pas aller trop loin" :

Olivier et Marie, qui totalisent à eux deux 4 enfants peuvent en témoigner. Pour Olivier, interrogé par Europe 1, c'est au moment des repas de famille, avec les habitudes des enfants de Marie que les choses ont été compliquées. "Je n'ai pas forcément bien supporté le fait qu'à table, ils n'aient pas une tenue irréprochable, bien s'asseoir sur sa chaise, tenir sa fourchette, son couteau et fermer la bouche en mâchant", admet Olivier. "Ça me paraissait naturel (...) et c'est vrai que lorsqu'on n'est pas obéi, on se dit, jusqu'où ne pas aller trop loin", confie-t-il.

Une situation que sa compagne prend avec philosophie. "Ça ne m'énerve pas, c'est normal d'avoir des critiques (...). Le regard de l'autre oblige très souvent à prendre de la distance, c'est un exercice difficile mais très salutaire", dit Marie.

Le club des "marâtres"

Au palmarès des difficultés les plus fréquemment rencontrées par les parents, il y a les problèmes d'organisation, qui amènent des lourdeurs. Mais pour Marie Luce, qui anime un groupe de paroles réservé aux belles-mères, la question taboue qui revient sans cesse est celle de savoir si on est obligé d'aimer les enfants de son nouveau mari ou de sa nouvelle femme. "Les enfants sont des êtres humains, et comme tous les êtres humains, il y en a qu'on aime et il y en a qu'on n'aime pas", explique-t-elle à Europe 1.

"Je me rends compte du soulagement qu'il peut y avoir à le dire (...)", ajoute Marie Luce, qui estime qu'à l'inverse, les enfants ne sont pas obligés non plus d'aimer leur belle-mère.

Cependant Marie Luce souhaite rassurer. "Ce n'est pas parce qu'on ne les aime pas qu'on va leur faire des méchancetés", dit-elle.

 

S'armer de patience

Et les familles recomposées en difficulté peuvent désormais compter sur le Guide de premiers secours pour une vie harmonieuse, un manuel qui apporte conseils et suggestions.  Pas de recette miracle, mais quelques grands fondamentaux à garder en tête, comme l'importance de se donner du temps. Recomposer une famille demande en effet à chaque membre de faire un deuil, celui de renoncer à l'idée de voir ses deux parents ensemble.

Il faut s'armer de patience, explique à Europe 1 la psychologue Agnès de Viaris, auteure de ce manuel publié il y a quelques jours. "Dans la famille recomposée, (...) tout le monde se met dans le même lieu, la même intimité et c'est parti", contrairement aux "familles classiques" qui bénéficient de plus de temps pour préparer l'arrivée d'un enfant.

Et à ceux qui culpabilisent de faire vivre cette épreuve à leurs enfants, la psychologue rappelle que la famille recomposée peut être aussi une formidable école de la vie, "une expérience d'intégration à l'échelle familiale".