Le "caïd des caïds" s'est éteint

  • A
  • A
Le "caïd des caïds" s'est éteint
@ MAXPPP
Partagez sur :

A 95 ans, Bernard Madeleine avait passé près de la moitié de sa vie derrière les barreaux.

Bernard Madeleine, 95 ans dont la moitié passée derrière les barreaux, truand à l'ancienne surnommé le "caïd des caïds" du temps de sa splendeur, est décédé il y a une quinzaine de jours à Paris dans un service de gériatrie, a-t-on appris vendredi de sources policières. "Il est mort de sa belle mort, dans l'indifférence, qui l'aurait cru ?", a précisé l'une de ces sources pour qui Madeleine était "l'archétype du voyou à l'ancienne, avec le sens de l'honneur et sans avoir de sang sur les mains".

Madeleine avait notamment inspiré José Giovanni dans les années 1960 pour son roman Le deuxième souffle dont Jean-Pierre Melville avait fait un film en 1966 avec Lino Ventura dans le rôle du truand et Alain Corneau un remake en 2007 avec cette fois Daniel Auteuil dans le même rôle. Madeleine était surnommé le "caïds des caïds" ou le "roi de l'évasion" et sa vie, qu'il a narrée dans un livre préfacé par José Giovanni il y a quelques années, est un roman.



Des vols et des braquages

Né dans un village du Calvados, il a côtoyé la prison dès l'âge de 19 ans mais avait déjà été envoyé dans une "colonie agricole pénitentiaire" pour avoir volé un grainetier quand il avait 12 ans. Il racontait avoir été arrêté après avoir dévalisé une agence immobilière de Marseille afin de rejoindre les Forces françaises libres en Grande-Bretagne au début de la seconde guerre mondiale. Il affirmait avoir participé à la Libération de Paris et se targuait d'avoir dévalisé plusieurs collaborateurs en se faisant passer pour un policier. Sa vie est ensuite faite de condamnations pour des vols et des braquages, des semi-libertés, des arrestations dont l'une pour un hold-up avec prise d'otage en Belgique en 1982 non loin de Charleroi.

"Je travaille sans violence", disait-il lors d'un procès à Nanterre en 1986. "Jamais de vieux ni de femmes. Juste des banques". En prison, ses co-détenus le surnommaient "le vieux" et la direction louait ses qualités "d'élément modérateur". Selon les sources policières, il avait été libéré de prison il y a un dizaine d'années. Il n'a plus fait parler de lui à l'exception de la publication de ses mémoires dont l'idée lui avait été soufflée par l'écrivain Alphonse Boudard, un "titi" parisien qui connaissait et s'inspirait dans ses livres de nombreux voyous à l'ancienne.