Le bus n’avait pas vu le Vélib

  • A
  • A
Le bus n’avait pas vu le Vélib
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un chauffeur de bus parisien a écopé de six mois avec sursis pour avoir écrasé une cycliste.

Cette affaire avait ravivé le débat sur la cohabitation des bus et des Vélib au sein d'une même voie de circulation : le 2 mai 2008, un chauffeur de bus avait imprudemment doublé, puis écrasé, une cycliste de 35 ans circulant à Vélib dans un couloir de bus à Paris. Le tribunal correctionnel de Paris a condamné mardi le chauffeur, âgé de 39 ans, à six mois de prison avec sursis.

"Manquement à l'obligation de prudence"

Louis-Henri Ouvier a été jugé coupable d'"homicide involontaire par manquement à l'obligation de prudence". Il a également été condamné à payer une amende contraventionnelle de 300 euros et à verser, solidairement avec la RATP, quelque 100.000 euros de dommages et intérêts à la famille de la victime.

"Mon client s'incline face à cette décision", a réagi Me Sylvain Dreyfus, considérant comme "adaptée à la situation" la peine prononcée. A l'audience du 6 décembre, le parquet avait requis un an de prison avec sursis, une amende à l'appréciation du tribunal ainsi qu'une suspension du droit de conduire un autobus pendant cinq ans.

Un dépassement qui finit mal

Les faits s'étaient déroulés à proximité de la place Franz Liszt, dans le Xe arrondissement. Le 2 mai 2008, à 17 heures 36, sur le parcours de la ligne 43, un bus articulé de la RATP avait dépassé un Vélib' qui circulait sur une voie réservée aux seuls bus.

Il avait débuté son dépassement sur la place, mais l'avait terminé dans un couloir de 3 mètres de large. La voie étant trop étroite, le bus avait heurté l'extrémité gauche du guidon du Vélib'. Tombée sous les roues du bus, la cycliste était morte sur le coup.

"J'ai été pris de court"

"J'ai eu l'impression" que la cycliste s'était "décalée progressivement sur sa droite pour me laisser le champ libre", avait expliqué le chauffeur, assurant ne jamais avoir tenté de "forcer le passage. C'est alors qu'il l'avait doublée. Mais la cycliste était en fait entrée dans son angle mort.

"Même en se penchant, dans ce bus, on ne voit pas les vélos", avait témoigné le prévenu. Mais surtout, s'était-il défendu, "je n'aurais jamais imaginé qu'elle aurait poursuivi sur le côté. (...) J'ai été pris de court." Il avait dit avoir klaxonné alors, mais c'était trop tard. La chaussée était redevenue trop étroite pour que les deux véhicules roulent de front.

Il ne conduit plus de bus

Au moment des faits, il travaillait comme machiniste depuis deux ans à la RATP et n'avait aucun antécédent d'infraction professionnelle. Toujours employé à la RATP, il n'y conduit plus de bus.

Cet accident mortel était le deuxième d'une personne circulant à Vélib' à Paris, depuis le lancement de ce dispositif le 15 juillet 2007. Une cycliste avait été tuée en octobre 2007, à la suite d'un accident impliquant un camion.