Le blues des profs stagiaires

  • A
  • A
Le blues des profs stagiaires
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un mois après la rentrée, les profs débutants peinent à trouver leurs repères. Le soutien manque.

On leur avait dit que c’était "le plus beau métier du monde". Depuis un mois, c’est le leur. Le 2 septembre, quelque 15.000 jeunes enseignants ont fait leur rentrée des classes sans aucune formation. Des professeurs débutants qui ont parfois du mal à faire face. Europe 1 est allé à leur rencontre.

"Balancée face à des élèves"

Mélanie, 25 ans, rêvait de devenir enseignante. Début septembre, cette professeur d'histoire-géo a été affectée dans un collège classé ZEP de la banlieue d'Orléans. A l’heure du premier bilan, elle confie son désarroi : "Je ne m’attendais pas à des élèves parfaits, mais à plus de soutien et de sécurité" témoigne la jeune prof. "Je suis balancée face à des élèves sans formation et sans vraiment de soutien. Ils attendant de nous qu’on soit des professeurs expérimentés alors qu’on ne peut pas l’être !", déplore Mélanie.

Son quotidien en classe de ZEP, c’est "30 min de cours, 30 min de police". "J’apprends mon métier et en même temps, je dois apprendre les bases à mes élèves. C’est très difficile de tout faire en même temps", résume la jeune prof.

Manque de soutien

Difficile aussi de trouver du soutien. Dans son établissement, personne n'a accepté d'être son tuteur, sa référente est donc dans un autre collège. Mélanie aura un stage auprès d'elle après les vacances de la Toussaint.

A l’école primaire, les choses sont plus cadrées. Les jeunes profs passent deux mois avec leur tuteur avant de faire cours tout seul. Dans les collèges, c’est un peu la roulette russe, en fonction des établissements.

Parmi ces profs stagiaires, certains ont d’ores et déjà choisi d’abandonner. Dans l'académie de Créteil, l'une des plus difficiles du pays, sur 850 stagiaires, deux ont renoncé au cours de ce premier mois. Ailleurs, les syndicats évoquent six démissions dans l'académie de Nancy, une à Dijon, une à Lille et font état de congés maladies qui se multiplient.