Le "besoin d'amour" des fonctionnaires

  • A
  • A
Le "besoin d'amour" des fonctionnaires
@ Maxppp
Partagez sur :

La FSU utilise la Saint-Valentin pour donner une meilleure image aux agents du service public.

Un cœur rouge qui bat sur fond noir, suivi du message "le service public, on l’aime, on le défend". La Fédération syndicale unitaire (FSU) n’a pas lésiné sur la communication pour sa campagne de la Saint Valentin. Le principal syndicat de fonctionnaires profite la fête des amoureux pour inciter les Français à déclarer leur amour aux agents du service public, via un site internet, www.fiers-du-service-public.fr, et une page Facebook, qui compte déjà plus de 4.700 fans.

Parmi les contributions, plus de 700, beaucoup de fonctionnaires, notamment des professeurs, qui déclarent s’aimer eux-mêmes. Charlotte, par exemple, qui se dit "fière de faire partie du service public le plus efficace au monde". Mais les amoureux transis de la fonction publique ne sont pas tous des fonctionnaires. "Sans la gentillesse et le dévouement du service public, je n'aurais sûrement pas survécu", déclare Hervé, qui se présente comme "toxicomane".

"Mon amour de service public"

Et certains jouent vraiment le jeu. "Mon amour de service public, je profite de ce jour particulier pour te déclarer ma flamme", s’embrase Anthony, sur Facebook. D’autres restent plus prosaïques : "à défaut d’amour, je préfèrerais une augmentation", pointe Renaud.

Au-delà de la simple opération de communication amoureuse, la FSU entend dénoncer une période "brutale" pour le service public, et "des tensions de plus en plus fortes". Et de critiquer plusieurs mesures gouvernementales, comme les "réductions d’effectifs et de moyens", ou le "gel des traitements".

Pour couronner le tout, 3 fonctionnaires sur 4 se sentiraient mal-aimés, d’après un sondage publié dans Les Echos en décembre dernier. La FSU, par son opération de Saint-Valentin, espère créer "de nouvelles solidarités entre fonctionnaires et citoyens".