Le bébé enlevé retrouvé

  • A
  • A
Le bébé enlevé retrouvé
Partagez sur :

Le père du bébé de 18 mois a avoué avoir tué son ex-conjointe avant d'enlever l'enfant.

Le petit garçon de 18 mois qui était activement recherché mardi dans le cadre du plan Alerte enlèvement a été retrouvé sain et sauf dans les Hauts-de-Seine et son père a été interpellé par les forces de l'ordre. L'enfant a été confié aux services de l'aide sociale à l'enfance et sera placé dans un foyer du Val-de-Marne.

Une Alerte enlèvement avait été lancée mardi en début de soirée pour tenter de retrouver Ibrahima Nacir Doucoure. Il a été enlevé du domicile familial de Fontenay-sous-Bois, dans le Val-de-Marne, entre 8h et 8h30.

L’enfant était susceptible d’être en danger. Les enquêteurs ont effectivement découvert au domicile familial le corps d’une femme âgée de 25 ans, la mère d'Ibrahima, et avec qui l'enfant devait être mardi matin. La jeune femme a vraisemblablement été assassinée avec une arme blanche. Elle vivait avec son père et son frère qui étaient partis travailler mardi matin.

Des cris et de la casse

Ce sont des voisins qui ont donné l'alerte, après avoir entendu des bruits de casse et des cris dans cet appartement situé en rez-de-jardin. Les policiers ont été appelés vers 8h30. Sur place, ils pensaient avoir affaire à un cambriolage. C'est là qu'ils ont découvert la jeune femme.

Aveux du père

Le père de l'enfant, Mahamadou Doucoure, 28 ans, a avoué le meurtre de son ex-concubine, retrouvée morte à son domicile mardi matin dans le Val-de-Marne. Interpellé mardi soir et placé en garde à vue, "il a reconnu les faits d'enlèvement et d'homicide (...) a indiqué le procureur, ajoutant qu'un juge d'instruction serait saisi vendredi.

Mahamadou Doucoure a été condamné il y a quelques jours à quatre mois de prison avec sursis et deux ans de mise à l'épreuve pour menaces de mort écrites et téléphoniques envers son ex-concubine. Depuis, il était interdit de se rendre dans le département du Val-de-Marne et de rentrer en contact avec la mère d'Ibrahima.

Le couple était séparé. L'an dernier, le juge aux affaires familiales avait décidé de laisser le droit de garde à la mère. Le père avait uniquement le droit de visite. Par ailleurs, il est aussi mis en examen dans une enquête en cours pour un viol en réunion qui remonte à 2006. D'après les voisins, il était souvent agressif envers son ex-compagne et il était consommateur de drogue et d'alcool.

> Dossier spécial Alerte enlèvement