Le B-A BA des économies d'énergie

  • A
  • A
Le B-A BA des économies d'énergie
@ MAXPPP
Partagez sur :

La France pourrait battre son record de consommation. Et faire flamber la facture.

La France a froid et la consommation d’électricité s'enfièvre. La France pourrait battre dans quelques jours son record de consommation d'électricité selon les prévisions de RTE, filiale d'EDF qui gère le réseau haute tension français. La consommation d'électricité nationale devrait atteindre 95.500 mégawatts (MW) jeudi à l'heure de pointe, 19H00, frôlant ainsi le pic absolu du 15 décembre 2010 avec 96.710 MW.

Après une relâche les jours suivants, ce sommet historique pourrait même être dépassé lundi prochain, RTE prévoyant pour l'instant une pointe à 98.700 MW ce jour-là. "Lors des vagues de froid hivernales, lorsqu'il y a un degré celsius de moins, cela correspond à 2.300 mégawatts de consommation supplémentaire, l'équivalent du double de la consommation de la ville de Marseille", rappelle Hervé Mignon, directeur de l'économie, de la prospective et de la transparence chez RTE.

Pour éviter les coupures localisées, comme en Côte d'Azur ou en Bretagne placées en alerte orange, les communes et les habitants sont appelés à réaliser des économies d'énergie. Europe1.fr vous donne quelques conseils.

Les bons gestes

La lumière. L’éclairage représente 12 % de la consommation d’électricité des ménages en France selon l’Ademe. Un taux qu’il est tout à fait possible de réduire grâce à quelques astuces : optez pour des ampoules basse consommation, éteignez la lumière en quittant une pièce ou installez des détecteurs de présence dans les pièces. 

Le chauffage. Avec la production d’eau chaude, ces deux postes représentent 76,5 % de la consommation d’énergie des foyers français, selon les statistiques de l'Ademe. Outre les travaux pour renforcer l’isolation des murs, des planchers, de la toiture, des portes et fenêtres, là encore quelques gestes suffisent : maintenez le chauffage à 19°C, installez un thermostat et une horloge de programmation sur les radiateurs ou la chaudière, fermez les volets ou baissez les stores la nuit pour conserver la chaleur.

L'eau chaude. Comme pour les économies d'eau, préférez la douche au bain qui consomme 3 fois plus d'eau donc 3 fois plus d'électricité lorsque vous utilisez un ballon électrique. 

Les appareils électriques. Même sur la position veille, les appareils électriques consomment de l'énergie. "Pour un téléviseur et un magnétoscope, cinq heures de veille équivalent à une heure d'utilisation. Sur une année la consommation de veille peut largement excéder la consommation de fonctionnement, notamment selon les types d'appareils utilisés (écran plasma, tube cathodique, etc.)", précise Ecowatt Provence-Azur.Le site propose également un tableau comparatif de consommation des appareils lorsqu'ils sont en veille.

Ecowatt a été lancé par RTE en 2010 pour inciter les citoyens à réduire leur consommation le matin et entre 18 h et 20 h. Le dispositif consiste à diffuser un message d'alerte par SMS et e-mail la veille des jours de pics de consommation pour inciter chacun à faire les bons gestes afin de réduire le risque de coupure de courant. 

Lancez votre lave-vaisselle, lave-linge ou sèche-linge après 20 heures de préférence, après les heures de forte consommation. Les pics sont enregistrés entre 18h et 20h. Pensez à dégivrer votre réfrigérateur et votre congélateur régulièrement si la fonction n'est pas automatique sur votre appareil. La consommation est multipliée par deux à partir de 4 millimètres de givre.

Les collectivités mobilisées

Là encore, les conseils relèvent du bon sens. Les collectivités signataires de la charte Ecowatt s'engagent à réduire l'éclairage public, qui représente 1/3 de la consommation d'électricité dans une commune. Pour ce qui est des équipements informatiques, les signataires sont invités à inciter leurs agents à éteindre le matériel de bureautique pendant les longues pauses ou à leur départ.

La Bretagne et la Provence-Alpes-Côtes d'Azur sont particulièrement en pointe. Parmi les signataires  : le conseil général du Finistère, Saint-Malo, Trégastel en Bretagne et la communauté du pays de Grasse, Fréjus, Cagne-sur-Mer etc.