Lait : un premier accord sur les prix

  • A
  • A
Lait : un premier accord sur les prix
@ MAX PPP
Partagez sur :

Les industriels ont promis une hausse des prix de 10%. Le boycott est suspendu pour l'instant.

C'est une première victoire pour les producteurs de lait. Ils sont parvenus à un accord avec le groupe Bel, un des poids lourds du secteur qui fabrique notamment la Vache qui rit, sur une augmentation de près de 10% du prix du lait en 2010 par rapport à l'an dernier. C'était l'une des revendications des producteurs.

Le prix du lait sera "de 301 euros les 1.000 litres de lait sur l'ensemble de l'année 2010", indique Bel dans un communiqué. Pour le mois de juillet, le prix a été fixé à 330 euros les 1.000 litres, selon le communiqué du groupe.

Un accord sous conditions

Le groupe Lactalis a également annoncé qu'il acceptait d'appliquer l'accord interprofessionnel de 2009 qui prévoit une hausse de 10% du prix du lait en 2010. Toutefois "cet accord est conditionné à l'accord sur les négociations interprofessionnelles la semaine prochaine, mais aussi à la prise en compte d'un indice de compétitivité avec l'Allemagne" dans la future fixation du prix du lait", a déclaré Serge Moly, directeur adjoint des approvisionnements chez Lactalis.

"C'est une bonne chose pour les producteurs, une avancée", a déclaré Thierry Roquefeuil, secrétaire de la FNPL, branche laitière de la FNSEA, syndicat majoritaire de la profession, à l'issue des négociations avec le groupe laitier, à Paris. "Cela respecte ce qui a été annoncé en 2009 à savoir une hausse de plus de 10%" du prix du lait sur l'ensemble de 2010", a-t-il ajouté.

En réaction à cette annonce, les producteurs ont décidé de suspendre leur boycott jusqu'à la semaine prochaine. Les industriels du lait ont en effet accepté de reprendre des négociations interprofessionnelles sur le prix du lait d'ici le 20 août. Pour tourner définitivement la page de cette nouvelle crise du lait, un accord en bonne et due forme devra alors être signé.

Pour comprendre ce qui se joue derrière la crise du lait, cliquez ici.