"La viande halal a envahi la France"

  • A
  • A
"La viande halal a envahi la France"
@ MAXPPP
Partagez sur :

La protection des animaux et la viande halal ne vont pas ensemble pour Brigitte Bardot.

Pour Brigitte Bardot, la protection des animaux, c’est sacré. Alors que le ramadan vient de débuter, l’ancienne actrice s’est insurgée, jeudi sur Europe 1, sur la façon dont les animaux seraient traités dans les abattoirs pour faire de la viande halal.

"Aucune religion ne demande de torturer et de sacrifier des animaux au moment de leur mise à mort pour notre survie. Je trouve ça scandaleux".

Brigitte Bardot a directement mis en cause les viandes halal et casher. "Cette viande halal a envahit la France", a-t-elle déclaré. "On en mange sans le savoir, parce que 80 % des abattoirs français ne pratiquent plus l’étourdissement avant la saignée, parce que ça va plus vite, et qu’on peut en vendre partout pour les musulmans". "Le ramadan, je m'assieds dessus", a-t-elle ajouté.

"La France, dernière pour la protection des animaux"

Brigitte Bardot est revenue plus spécialement sur le débat qui lui tient à cœur : la protection des animaux, très touchés durant la période estivale. "On est débordé, on ne sait plus où mettre les animaux abandonnés".

L’actrice a mis directement en cause le gouvernement. "La France est la lanterne rouge dans la protection des animaux, malgré ma présence en France et la renommée que j’ai dans le monde. Depuis trois ans, Nicolas Sarkozy m’a fait des promesses, qu’il n’a jamais tenues".

"Personne ne peut interpréter mon rôle"

Brigitte Bardot a également évoqué la rumeur d’un film américain sur sa vie. "Ils n’ont pas intérêt à faire un film sur moi. Je n’en ai pas entendu parler, il n’est pas question de faire quoi que ce soit sur moi sans que je sois d’accord". Sans compter qu’aucune actrice actuelle ne pourrait, selon elle, être à la hauteur. "Je ne veux voir personne dans mon rôle. Il n’y en a pas une qui peut le faire. Elles n’ont pas ma personnalité".

"Le cinéma français actuel est nul", a-t-elle continué. Et d’assurer qu’elle ne reviendra jamais devant la caméra. "Quand je dis quelque chose, je m’y tiens. Quand j’ai quitté le cinéma, j’avais 38 ans, ce n’est pas à 76 ans que je vais y revenir".