La "veuve noire de l'Isère" condamnée à 30 ans de prison

  • A
  • A
La "veuve noire de l'Isère" condamnée à 30 ans de prison
@ MAXPPP
Partagez sur :

VERDICT - Manuela Gonzalez était jugée pour la mort suspecte de son mari en 2008.

Manuela Gonzalez, 53 ans, accusée d'avoir tué son dernier mari et surnommée "la veuve noire" a été condamnée vendredi à 30 ans de réclusion par la cour d'assises de l'Isère. L'avocat général avait requis une peine de 25 ans de réclusion, soulignant que malgré l'absence de "preuves évidentes", il existait "un faisceau d'éléments, un enchaînement de faits, de constatations, qui permettent de demander une décision de culpabilité".

L'avocat de Mme Gonzalez, Me Ronald Gallo, qui avait plaidé l'acquittement, a aussitôt annoncé son intention de faire appel de la décision pénale et civile "compte-tenu de la sévérité de la peine". "Je ne suis pas surpris par l'ampleur du verdict. Les jurés ont été pris en otages par la pression exercée sur ce dossier par les uns et les autres", a-t-il dit. A l'énoncé du verdict, Manuela Gonzalez, qui n'a cessé de clamer son innocence au cours des cinq jours d'audience, est restée sans réaction apparente. Le fils de la victime, Nicolas Cano, a fondu en larmes.

Le corps de Daniel Cano, chaudronnier de 58 ans, avait été trouvé le 31 octobre 2008 à l'arrière de son véhicule incendié, non loin de leur maison de Villard-Bonnot (Isère), dans la vallée du Grésivaudan. Rapidement l'enquête avait conclu à un incendie volontaire. Les analyses toxicologiques avaient révélé la présence de trois somnifères différents dans le sang de la victime.

Avant lui, quatre autres compagnons de l'accusée depuis les années 1980 avaient subi des intoxications, dont deux avaient péri de mort violente. Et un mois avant le drame, M. Cano avait déjà failli mourir dans un incendie survenu dans la chambre conjugale, la faute à une bougie que le chien de la maison aurait fait tomber.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

LE PROCÈS - La "veuve noire de l'Isère" devant les assises