La trêve hivernale des expulsions prolongée jusqu'au 31 mars

  • A
  • A
La trêve hivernale des expulsions prolongée jusqu'au 31 mars
@ MaxPPP
Partagez sur :

DELAI - Cette décision a été prise, même si la loi Alur, qui prévoit cette mesure, n'est pas encore entrée en vigueur.

La trêve des expulsions locatives, qui protège les familles menacées d'expulsion pendant l'hiver sera bien prolongée jusqu'au 31 mars, même si la loi Alur, qui prévoit cette mesure, n'est pas encore entrée en vigueur, a annoncé jeudi à l'AFP le ministère du Logement. La loi Alur (accès au logement et urbanisme rénové), adoptée au Parlement le 21 février, a acté que la trêve hivernale, qui s'étendait jusqu'à présent du 1er novembre au 15 mars, soit prolongée jusqu'au 31 mars. Mais la loi Alur n'est pas encore entrée en vigueur. Elle est subordonnée à la décision du Conseil constitutionnel, saisi le 24 février par l'UMP. Le Conseil constitutionnel a un mois pour se prononcer. 

Plusieurs associations qui viennent en aide aux plus démunis ont fait part de leur préoccupation mercredi, lors d'un rassemblement à Paris pour le Droit au logement opposable (Dalo). "Beaucoup de familles menacées d'expulsion se demandent si elles seront expulsées à partir du 15 mars ou du 1er avril", avait expliqué à l'AFP Christophe Robert, délégué général adjoint de la  Fondation Abbé Pierre.  "Elles commencent à s'inquiéter et à faire leurs bagages", avait ajouté Christophe Louis de l'association Les enfants du Canal.

Interrogé par l'AFP, le ministère du Logement a confirmé que "par anticipation à la publication de la loi, la trêve hivernale va être prolongée". Un courrier dans ce sens "va être envoyé dans les jours qui viennent aux préfets", a-t-on précisé de même source.