La transsexualité n’est plus une maladie

  • A
  • A
La transsexualité n’est plus une maladie
@ MaxPPP
Partagez sur :

Le ministère de la Santé a effacé le transsexualisme de la liste des maladies mentales.

Un transsexuel n’est plus considéré comme malade mental en France. Jusqu’à cette semaine, il l’était. La décision a été prise par le ministère de la Santé et le décret a été publié mercredi. Concrètement, le texte supprime "les troubles précoces de l'identité de genre" d'un article du code de la Sécurité sociale relatif aux "affections psychiatriques de longue durée".

"C'est historique", s’est exclamé Philippe Castel, porte-parole de l'Interassociative lesbienne gay bi et trans. Car la France est ainsi le premier pays au monde à ne plus considérer le transsexualisme comme une affection psychiatrique. Cette classification comme pathologie psychiatrique découlait de celle de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), toujours en vigueur et dénommé CIM 10 comme "classification internationale des maladies".

Pour Caphi, un transsexuel, c'est un soulagement :

L'OMS se réfère au fait que le transsexualisme figure sur la liste des pathologies recensées dans le manuel médical DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders, établi par des médecins américains), document auquel se réfère le corps médical.

L’homosexualité figurait dans ce manuel jusqu’à récemment. L’OMS l’a effectivement définitivement rayé de sa liste en 1992. A cette époque, la France avait déjà un temps d’avance puisque dès 1981 le ministère de la Santé, représenté par Robert Badinter, a décidé de ne plus prendre en compte l’homosexualité dans la liste des maladies mentales établies par l’OMS. Une décision qui sera suivie l’année suivante par la dépénalisation de l’homosexualité en France.

Qu’est-ce que cette décision change ?

Les transsexuels français, sortis de cette liste qu'ils jugeaient "stigmatisante", vont continuer à être pris en charge par la Sécurité sociale. Cela devrait se faire par le classement du transsexualisme comme affection longue durée (ALD) "hors liste" ou pourrait être classé comme "maladie orpheline", selon le Comité IDAHO. Jusqu’à aujourd’hui, le transsexualisme était considéré comme une affection longue durée "ALD23", correspondant aux "troubles récurrents ou persistants".