La soeur de Mohamed Merah partie faire le djihad ?

  • A
  • A
La soeur de Mohamed Merah partie faire le djihad ?
Photo d'archives.@ Capture d'écran - I - Télé
Partagez sur :

DJIHAD ? - Souad Merah n'a pas donné signe de vie depuis deux semaines. Son compagnon serait lui parti vers la Syrie.

15 jours sans nouvelles. Les autorités françaises cherchent à savoir où est passée la soeur de Mohamed Merah. Selon les informations recueillies par Europe 1, l'une de ses meilleures amies n'a pas eu de nouvelles depuis 15 jours. La dernière fois qu'elles se sont vues, Souad Merah a rendu un appareil photo à son amie. Le week-end dernier, la mère de Souad Merah a elle-même appelé cette amie pour tenter d'obtenir des informations. Et la jeune fille a tenté une nouvelle fois d'appeler Souad Merah mercredi soir : elle est tombée directement sur son répondeur. Souad Merah n'a jamais caché la fierté qu'elle éprouvait après les crimes commis par son frère Mohamed à Toulouse et Montauban. Jusqu'à partir elle-même faire le djihad ?

La piste du djihad. Souad Merah pourrait avoir rejoint l'homme qu'elle a épousé, un islamiste qui a quitté lui-même la région toulousaine avec ses enfants et sa première épouse. Direction la Turquie. Avant de se rendre en Syrie ? Les autorités n'en ont pas la confirmation.

Souad Merah, une mère de famille. Aujourd'hui, Souad Merah est la mère de quatre enfants. Ce qui renforce l'incompréhension et l'inquiétude de ses proches qui n'ont pas de nouvelles. Car elle allaitait le dernier né il y a encore un mois quand elle avait été placée en garde à vue, entendue dans le cadre de l'enquête sur les éventuelles complicités dont aurait bénéficié son frère Mohamed avant de passer à l'acte.

"Fière" de son frère.  Elle-même adepte d'un islam rigoureux, entièrement voilée de noir en public, Souad Merah avait beaucoup fait parler d'elle en 2012 quand elle s'était dite "fière" de son frère Mohamed lors d'un entretien avec un de ses autres frères alors qu'elle était filmée à son insu par une chaîne de télévision. Elle y disait "penser du bien de Ben Laden" et détester les juifs. Elle y défendait les salafistes. Ses propos avaient fait l'objet d'une enquête pour apologie du terrorisme. Elle avait ensuite condamné les meurtres. L'affaire avait finalement été classée sans suite en janvier 2013 car ses propos ne pouvaient être considérés comme publics puisqu'elle ignorait être filmée.

sujet

ENQUÊTE - Comment la France traite "ses djihadistes" revenus de Syrie

ZOOM - Pour mieux espionner, la DCRI devient la DGSI