La SocGen lourdement condamnée
société générale © REUTERS

INFO E1 - Elle devra payer 200.000€ d'indemnités pour le licenciement de deux traders.

La Société Générale a été condamnée lundi pour "blâme infondé" et le "licenciement sans cause réelle et sérieuse" de deux traders, par le Conseil des Prudhommes de Nanterre, selon les informations recueillies par Europe 1.

Déçus des dommages et intérêts

Les deux salariés, défendus par Me Thierry Schwarzmann, ont fait par de leur satisfaction suite à cette décision, qui leur donne raison sur le fond. Toutefois, ils ont exprimé leur déception quant au montant des dommages et intérêts. La banque doit verser 80.000 euros à l’un et 100.000 euros à l’autre. Ces sommes sont l’équivalent d’un an de salaire fixe, très loin de ce qu’ils touchaient avec leurs primes.

Les deux hommes n’excluent pas de faire appel de la décision pour obtenir davantage. Car depuis leur licenciement qu'ils considèrent comme une "plus grande injustice", les traders n’ont toujours pas retrouvé de travail. Ils espèrent que la décision des Prudhommes va permettre de laver leur réputation, qu'ils jugent "salie", et de tourner la page.

1 milliard pour Arcelor Mittal

Avant d’être licenciés en 2009, ces deux salariés de la Banque de financement et d’investissement de la Société Générale avaient vivement protesté, en interne, contre le non versement des bonus auxquels ils estimaient avoir droit.

Lors d’une énorme opération de couverture de change menée en 2008, ces deux traders avaient pourtant fait gagner un milliard de dollars au leader mondial de l’acier Arcelor Mittal et 130 millions d’euros à la Société Générale.

L’avocat et la direction de la communication de la Société Générale, contactés par Europe 1, n’ont pas souhaité réagir.