La SNCF lance son plan "grand froid"

  • A
  • A
Partagez sur :

A quelques semaines des grands départs en vacances, la SNCF a déployé vendredi, comme chaque année, son dispositif "grand froid" pour faire face à d'éventuelles perturbations en cas de fortes intempéries hivernales. Le plan doit permettre d'anticiper les risques liés à la saison froide, comme l'accumulation de neige qui empêche la manoeuvre des aiguillages et obstrue les voies, ou l'accumulation de glace qui paralyse le passage du courant électrique.

Pour y faire face, la SNCF dispose de 69 chasse-neiges et de 2.500 agents mobilisés en équipes d'intervention d'urgence, détaille-t-elle dans un communiqué. En cas de fortes chutes de neige, l'entreprise peut être amenée à réduire la vitesse des trains, voire à en supprimer en cas de grandes perturbations. Les TGV descendraient ainsi à 220 ou 160 km/h (au lieu de 300 à 320 km/h en période normale), et les trains Corail et TER à 120 km/h (au lieu de 160 à 200 km/h). En effet, "au croisement de deux TGV, la vitesse d'impact d'un bloc de glace qui se détache est de 600 km/h", explique la SNCF.

Une telle réduction de vitesse entraîne l'allongement des temps de parcours et perturbe les trains suivants. "Sur un TGV Paris-Lyon, 200 km de ralentissement à 220 km/h créent un décalage à l'arrivée de 15 minutes", précise l'entreprise. Des plans de transports spécifiques ou un ajustement du trafic sur plusieurs jours peuvent être éventuellement mis en place. Pour ce qui est de l'information des voyageurs, l'état du trafic est donné en direct sur la radio de la SNCF, les applications mobiles et sur internet.

Si les chutes de neige sont prévisibles 36 heures à l'avance, la SNCF peut donner "une information fiable (...) au plus tard 24 heures avant le début de la perturbation". Un plateau d'assistance renseignera par ailleurs directement les contrôleurs dans les trains. La SNCF précise néanmoins que de fortes intempéries peuvent "occasionner des difficultés de rapatriement des voyageurs en banlieue pour l'Ile-de-France ou autour des grandes agglomérations régionales". Pour y remédier, 50 gares ont été approvisionnées en bouteilles d'eau, repas et couvertures, en vue d'accueillir des voyageurs bloqués du fait des perturbations.