La semaine de 4,5 jours divise les parents

  • A
  • A
La semaine de 4,5 jours divise les parents
En cas d'arrivée de la semaine de 4,5 jours, les parents préfèreraient le mercredi au samedi.@ Maxppp
Partagez sur :

EXCLU - La Peep dévoile une enquête sur la rentrée qui montre l'inquiétude des parents.

Il n'y a pas que les enfants qui s'inquiètent lors de la rentrée. Les parents aussi, si l'on en croit l'enquête que va dévoiler mardi la Peep - l'une des deux plus grandes fédérations de parents d'élèves - et qu'Europe 1 s'est procurée en avant-première.

Les parents préfèrent le mercredi au samedi

La fédération de parents d'élèves a interrogé les parents sur les mesures envisagées par le gouvernement pour réformer l'école. Les résultats montrent clairement qu'ils s'inquiètent d'un retour envisagé de la semaine de 4,5 jours dans le primaire, sujet en réflexion pour le gouvernement, avec seulement 45% d'opinions favorables, contre 35% défavorables, et 20% de sans opinion. En revanche, si une telle mesure devait voir le jour, l'enquête démontre un plébiscite pour voir les enfants prendre le chemin de l'école le mercredi (75%), plutôt que le samedi (11%).

Agnès, une mère de famille qui défend la semaine scolaire de 4,5 jours rencontrée par Europe 1 à la sortie d'une école de l'ouest parisien, est totalement favorable à cette mesure. "On bombarde les enfants d'informations. Ils n'ont pas le temps d'intégrer tout ce qu'ils ont à apprendre", argumente-t-elle.

Un avis que ne partage pas tous les parents d'élèves. "Et donc, si votre enfant finit à 15 heures, vous aller payer une nourrice une heure de plus ?", lui lance un autre parent d'élève, contre une telle idée. "Si c'est pour les laisser jouer dans la cour, ce n'est pas mieux", ajoute-t-il.

Organiser "des activités"

Eric, un autre parent d'élèves, a sa petite idée pour occuper les enfants durant ce temps supplémentaire : organiser "des activités". "Ça peut être du sport, du théâtre, qui permettent éventuellement de mélanger les plus petits et les plus grands, et où ces derniers ont des responsabilités", détaille-t-il.

"Au début, les petits auraient peur des grands, mais cela se finirait dans une ambiance extraordinaire, et tous seraient contents". Preuve qu'il croit en son idée, Eric se dit prêt à venir donner un coup de main à l'école pour venir les encadrer.