La reine Elizabeth II et sa "grande affection" pour la France

  • A
  • A
La reine Elizabeth II et sa "grande affection" pour la France
@ REUTERS
Partagez sur :

THE DINNER - Dans le cadre de sa visite d’Etat, la reine Elizabeth II a été accueillie vendredi soir à l’Elysée.

Les cérémonies du DDay sont terminées, mais la séquence diplomatique continue pour François Hollande. Le président de la République a organisé vendredi soir à l’Elysée un dîner en l’honneur d’Elizabeth II, dans le cadre de la cinquième visite d’Etat de la reine d’Angleterre en France.

Elizabeth II est arrivée à bord d’une Rolls Royce aux alentours de 20h45 au palais présidentiel, où près de 240 convives ont été invités à partager son dîner. Vêtue de blanc et le front orné d’un diadème, elle a été accueillie sur le perron de l’Elysée par François Hollande.

"Français et Britanniques comme des jumeaux". Lors d'une courte allocution à l'ouverture du dîner et devant quelque 240 invités de marque, François Hollande a salué les liens existant entre la France et la Grande-Bretagne, qui "ont des responsabilités particulières (...) La paix mais aussi le progrès, c'est notre exigence commune. Nous ne vivons pas dans la nostalgie de notre passé, même s'il est glorieux. La France et le Royaume-Uni expriment une même confiance dans l'avenir". "Français et Britanniques", a-t-il ajouté, "sont comme des jumeaux, fascinés par leur ressemblance, farouchement attachés à leur différence, mais viscéralement unis lorsque l'essentiel est en cause".

Elizabeth II, qui s'est exprimée alternativement en anglais et en français, s'est souvenue pour sa part de son "plaisir" à découvrir la France, "ce beau pays", lorsqu'elle s'y est rendue pour la première fois en 1948 et "à cultiver à mon tour une grande affection pour le peuple français". Non sans humour, la souveraine a noté que la Grande-Bretagne et la France sont liées "par ce mélange unique d'amitié, de rivalité dans la bonne humeur, ainsi que d'admiration".

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

L'ESSENTIEL - D-Day, des cérémonies sous le signe de l'Ukraine

DIPLOMATIE - Une visite royale réglée comme du papier à musique

EN IMAGES - Le "jour le plus long", c'était ça