La pression monte pour le grand rabbin

  • A
  • A
La pression monte pour le grand rabbin
Le Consistoire central israélite tiendra jeudi un conseil exceptionnel consacré à l'épineuse question du Grand rabbin Gilles Bernheim, qui a reconnu mardi soir avoir plagié plusieurs auteurs et menti sur l'obtention d'un diplôme d'agrégation de philosophie à la Sorbonne.@ Reuters
Partagez sur :

Après avoir reconnu des plagiats et menti sur son diplôme, Gilles Bernheim gardera-t-il son titre?

L'INFO. Que va-t-il advenir du grand rabbin de France, Gilles Bernheim? En plus d'avoir reconnu plusieurs plagiats, ce dernier vient d'avouer qu'il n'était pas agrégé de philosophie, mais il refuse pour le moment de démissionner. Pour débattre de l'affaire, le Consistoire central israélite, instance qui décide d'attribuer le titre de grand rabbin, tiendra jeudi un conseil exceptionnel. Officiellement, il ne peut toutefois qu'appeler à la démission de Gilles Bernheim, puisqu'un grand rabbin ne peut pas être révoqué avant la fin de son mandat (2015 en l'occurrence). On vous décortique les enjeux du conseil.

>> À lire : le grand rabbin de France passe aux aveux

Petit rappel des faits. Gilles Bernheim a reconnu la semaine dernière plusieurs plagiats, qu'il a qualifiés d'"emprunts", dans ses ouvrages "Quarante méditations juives" (2011), "Le souci des autres au fondement de la loi juive" (2002) et dans son essai contre le mariage pour tous, intitulé "Mariage homosexuel, homoparentalité, et adoption: ce que l'on oublie souvent de dire". Il a également avoué qu'il n'avait pas obtenu l'agrégation de philosophie, contrairement à ce qui est indiqué sur plusieurs notices biographiques, notamment celle du Who's Who, expliquant avoir "laissé dire" ce mensonge à la suite d'un "événement tragique" dans sa vie. Et d'autres révélations pourraient suivre. Selon Le Figaro, Gilles Bernheim a également plagié la définition de l'humour par Vladimir Jankélévitch, dans un livre d'entretien avec le cardinal Barbarin.

>>> Pour réécouter ses aveux :

C'est quoi, un grand rabbin de France? Il s'agit d'un titre honorifique, sans valeur légale particulière. Mais au sein des institutions juives, le grand rabbin dispose d'une autorité morale sur tous les rabbins français. Il est également chargé de représenter le culte juif vis-à-vis des autorités publiques, et de porter son message.
Joseph Haïm Sitruk, prédécesseur de Gilles Bernheim

© MaxPPP

Vers un précédent historique ? Pour l'instant, aucune information n'a encore filtré sur la future décision du Consistoire central. S'il décidait de lui attribuer un "blâme" ou d'appeler à la démission de Gilles Bernheim officiellement, ce dernier pourrait changer d'avis face à la pression. Ce serait alors un évènement sans précédent. Aucun grand rabbin n'a été remis en cause par le Consistoire centrale, depuis la création du titre en 1808.

Pourquoi Gilles Bernheim refuse-t-il de démissionner ? Gilles Bernheim a exclu de démissionner de ses fonctions mardi soir, lors d'un passage sur l'antenne de Radio Shalom. "Démissionner sur une initiative personnelle relèverait d'une désertion, d'un acte d'orgueil", se justifiait-il, n'excluant donc pas une démission sous pression du Consistoire. Il a toutefois tenu à préciser "n'avoir pas commis de faute dans sa fonction rabbinique".

>> À lire : Plagiat : le Grand Rabbin de France s'explique

Gilles Bernheim Grand Rabbin

© Reuters

La communauté juive partagée. Tout le monde n'a pas réagi de la même manière au sein de la communauté juive. Comme le rapporte un blog du journal Le Monde, "un comité de soutien au grand rabbin de France" s'est formé, constitué de personnalités telles que Philippe Meyer, vice-président du consistoire de Paris et ex-conseiller du président du consistoire central, Joël Mergui, et Janine Riveline, du consistoire également. "Face au lynchage médiatique ainsi qu'aux tentatives d'instrumentalisation orchestrées par certains médias et par certains milieux, nous réitérons au Grand Rabbin de France Gilles Bernheim toute notre estime et toute notre confiance", écrit ce dernier dans un communiqué. Un autre texte, signé d'un "Collectif communauté consistoire", émanant de proches du consistoire central, a au contraire dénoncé "des fautes graves, portant atteinte aux fonctions qu’il exerce". "Gilles Bernheim  doit faire l'objet d'un blâme et se retirer", réclame ce collectif.

>> À lire aussi : le porte-parole du Grand-Rabbin jette l'éponge