La Poste, nouveau France Télécom ?

  • A
  • A
La Poste, nouveau France Télécom ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

<CUSTOM NAME="HIGHLIGHT">ENQUÊTE E1</CUSTOM> - De plus en plus de postiers font part de leur malaise au travail, une psychiatre s'inquiète.

Moins de facteurs, des tournées plus longues... Une psychiatre tire la sonnette d'alarme sur le risque de suicide à La Poste. Avec son plan "Facteur d'avenir", La Poste prévoit le non-remplacement de trois départs à la retraite sur quatre. Une situation que certains postiers supportent mal.

"Il se peut que je me taille les veines"

Martine, postière depuis plus de 20 ans, est en arrêt maladie. Elle a perdu dix kilos depuis la mise en place de la nouvelle organisation. "Il se peut qu'un jour j'arrive dans le bureau et que je me taille les veines, pour qu'on m'entende et qu'ils voient que quelque chose ne va pas", prévient-elle.

Selon elle, il y a "un déni total" de la hiérarchie :

Avec la baisse continue du volume de courrier et l'ouverture à la concurrence pour les plis de moins de 50 grammes dès 2011, La Poste doit faire face à de nouveaux défis. Les employés en supportent les conséquences avec une dose de stress supplémentaire. Selon les syndicats, plusieurs tentatives de suicide ont eu lieu ces dernières semaines.

"Les symptômes m'inquiètent"

Pour la psychiatre Brigitte Font Le Bret, spécialisée dans l'accueil des salariés en souffrance et membre de l’Observatoire du stress et des mobilités forcées de France Télécom, la situation ressemble de plus en plus à ce qui s'est passé à France Télécom. "Je sens le même mouvement se profiler. L'organisation du travail est en train de changer radicalement, il y a des objectifs fixés. (...) J'ai des demandes de plus en plus nombreuses avec des symptômes qui m'inquiètent, qui ressemblent à ceux que j'ai connus à France Télécom", explique-t-elle.

A La Poste, on assure tout mettre en oeuvre pour accompagner les employés, notamment une formation des cadres.. La direction garantit qu'il n'y aura aucun licenciement ni mutation à plus de 30 kilomètres. Des engagements forts pour tenter d’éviter de vivre une vague de suicides comme celle qu’a connue France Télécom.