La police s’éloigne des quartiers

  • A
  • A
La police s’éloigne des quartiers
@ MAX PPP
Partagez sur :

Les unités voulues par Brice Hortefeux tournent un peu plus la page de la police de proximité.

En déplacement dans le Var mardi, Brice Hortefeux a annoncé la fin des Uteq, ces unités territoriales de quartier, réminiscences de la police de proximité. le ministre de l’Intérieur veut les remplacer par des brigades spéciales de terrain. Elles seront plus musclées et ne seront plus cantonnées dans un quartier, mais dans une zone, plus large, dite de délinquance.

Car le mot d’ordre, désormais, c’est le terrain. Brice Hortefeux a prononcé le mot une quinzaine de fois dans son discours à Toulon. Le ministre de l’Intérieur a indiqué que ces Uteq de deuxième génération ne feront que de l’intervention et de la répression. En clair, des opérations coups de poing, ciblées, et pas seulement limitées à un quartier.

"Ça existe déjà"

Ces nouvelles brigades sont accueillies avec scepticisme par certains policiers. "Des brigades qui font uniquement de l’interpellation et du terrain, c’est une bonne chose. Le seul problème, c’est que ça existe déjà. C’est la mission des BAC (brigade anticriminalité), des compagnies d’intervention, des compagnies de sécurisation", avance Nicolas Comte, secrétaire général d’Unité SGP-Police, le premier syndicat de gardiens de la paix. "Et ce qu’il faut aussi, ce sont des unités qui puissent occuper le terrain une fois que l’intervention a été faite. Je pense que ces nouvelles unités ne vont rien faire de nouveau en terme de mission quotidienne."

En outre, il reste des questions en suspens. D’abord, que vont devenir les 34 Uteq déjà en place ? Vont-elles être rebaptisées avec un changement de mission ou resteront-elles dans leur fonction actuelle. L’autre problème concerne les effectifs. Brice Hortefeux annonce 26 nouvelles brigades spéciales de terrain avant la fin de l’année. Les syndicats de police attendent de savoir comment le ministre compte constituer ces nouvelles unités, alors même qu’il est engagé dans une politique de réduction d’effectifs.