La plainte de Tristane Banon classée sans suite

  • A
  • A
La plainte de Tristane Banon classée sans suite
@ Montage photo REUTERS
Partagez sur :

Des faits, prescrits, d’agression sexuelle ont toutefois été reconnus par le parquet de Paris.

C'est "une première victoire" pour Tristane Banon, a annoncé son avocat. La plainte de la jeune romancière pour tentative de viol à l'encontre de Dominique Strauss-Kahn a été classée sans suite jeudi par le parquet de Paris. Mais "des faits pouvant être qualifiés d'agression sexuelle sont quant à eux reconnus", précise le procureur de la République de Paris dans un communiqué. "Commis en 2003 et n'ayant été révélés qu'en juillet 2011 ces faits ne peuvent être poursuivis, l'action publique étant éteinte en application de la prescription triennale en matière délictuelle", poursuit le communiqué. En clair, les faits sont prescrits.

Les faits qu'elle a dénoncés, "pas imaginaires"

La décision du parquet de Paris s’inscrit donc en faux contre les propos de DSK, qui avait qualifié d'"imaginaire" la scène racontée à plusieurs reprises par l'écrivaine. Il avait même porté plainte contre Tristane Banon pour "dénonciation calomnieuse". Lors de son audition, le 12 septembre, par la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), l'ex-directeur général du FMI avait toutefois concédé avoir fait "des avances" à la jeune femme. "Au terme de cinq mois d'une bataille acharnée, il est établi sans réserve que son dossier n'est pas 'vide' et que les faits qu'elle a dénoncés ne sont pas 'imaginaires'", s'est félicité l'avocat de la jeune femme, David Koubbi, dans un communiqué. Tristane Banon raconte d’ailleurs son agression sexuelle dans Le Bal des hypocrites, un livre justement publié jeudi.

Banon partie civile ?

Reste à Tristane Banon une seule alternative pour faire entendre sa voix auprès de la justice, se constituer partie civile. Elle avait évoqué, en septembre dans le Grand Journal de Canal+, cette alternative au cas où sa plainte contre Dominique Strauss-Kahn aurait été classée par le parquet. "Le dossier n'est pas si vide et ce n'est pas parole contre parole", avait-elle alors justifié. Me David Koubbi a confirmé jeudi sur RTL que lui et sa cliente envisageaient une nouvelle plainte avec constitution de partie civile contre Dominique Strauss-Kahn, "dans les jours qui arrivent".