La pilule du lendemain gratuite à la fac

  • A
  • A
La pilule du lendemain gratuite à la fac
La pilule du lendemain va dans les prochains jours pouvoir être délivrée gratuitement dans toutes les facultés.@ MAXPPP
Partagez sur :

La ministre de la Santé vient de signer un décret pour élargir sa gratuité aux étudiantes.

Les infirmeries des universités pourront bientôt distribuer gratuitement aux étudiantes des pilules du lendemain. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé jeudi avoir signé un décret en ce sens. Il devrait être publié très prochainement.

Ce médicament, à prendre dans les cinq jours suivant un rapport sexuel à risque, est d’ores et déjà disponible gratuitement pour les mineures, dans les établissements scolaires et en pharmacies, depuis dix ans. Mais, pour Marie-Pierre Martinet, secrétaire générale du Planning familial, "la question se posait pour les jeunes adultes". Selon elle, la précarisation grandissante des étudiants augmente la difficulté d'accès à la contraception.

Éviter des IVG

Le Dr Bernard Doury, coordinateur du service de médecine universitaire à Paris, estime pour sa part que le coût de la pilule du lendemain (une dizaine d’euros en moyenne, ndlr) - en vente libre dans les pharmacies depuis juin 1999 -, ajouté à une consultation chez le médecin, pouvait être un frein à sa prise.

D’autant plus, défend-il sur Europe 1, que "ces femmes utilisent comme mode de contraception la pilule et qu’il y a énormément d’oubli". La moitié des grossesses des jeunes femmes en âge de faire des études ne sont pas désirées, rappelle le médecin. C’est pourquoi, conclut-il, "la pilule du lendemain est un bon moyen d’éviter l’interruption volontaire de grossesse (IVG)".

Une pilule, même avec une ordonnance périmée

D'autres mesures en matière de contraception vont être prises par la ministre de la Santé. Elle a notamment d’ores et déjà signé un second décret qui permettra aux pharmaciens de délivrer la pilule sur la base d'une ordonnance périmée moins d'un an.

Enfin, Marisol Touraine s'est dite jeudi favorable à un accès facilité à la contraception définitive, en permettant le remboursement par l'Assurance maladie de toutes les méthodes, quel que soit l'âge de la femme. Outre la méthode chirurgicale (ligature des trompes), une technique moins lourde permet de boucher les trompes. Pour les femmes de moins de 40 ans, son remboursement est actuellement conditionné par l'Assurance maladie à "une contre-indication à la grossesse et une intolérance à la contraception".