Là où il vaut mieux acheter son essence

  • A
  • A
Là où il vaut mieux acheter son essence
Les prix à la pompe sont très différents, selon les départements.@ MAXPPP
Partagez sur :

ZOOM - Une étude de la CLCV montre de fortes différences de prix de l'essence par département.

L'association nationale de consommateurs CLCV a répondu à la question que tout le monde se pose : où l'essence est-elle moins chère ? L'étude publiée jeudi et révélée par France Info montre de fortes disparités selon les départements.

Après analyse des chiffres de l'Observatoire ministériel du carburant, l'association en a tiré les conclusions suivantes : la grande majorité des départements où le prix du SP 95 est le plus cher se trouvent dans la moitié sud, comme le montre Europe1.fr sur la carte ci-dessous.

carte france essence

© EUROPE1.FR

Très cher à Paris et en Corse...

Pour dresser ce bilan par département, la CLCV a étudié 6.918 prix, extraits de la deuxième quinzaine de mars - période moyenne - et de la deuxième quinzaine de juin - début de haute saison. Le constat est implacable : les prix à la pompe sont plus élevés à Paris, en Corse, et dans les départements très ruraux. Pour les deux premiers cas, l'association associe les prix élevés à "des facteurs objectifs", comme le prix de l'immobilier commercial pour la capitale, et le transport pour l'île de Beauté.

Concernant les départements ruraux, la CLCV met la cherté du carburant sur le compte de la faible densité géographique des stations-services qui peut induire des positions monopolistiques. Sans concurrence, pas de prix à la baisse.

Alors où trouver l'essence la moins chère ? Dans les départements où l'on n'applique pas la majoration de la TICPE, la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques. Cette taxe, régionalisée, rapporte 2,5 centimes au litre aux départements qui l'appliquent. Le Conseil régional de Poitou-Charente a décidé de ne pas mettre en application cet impôt indirect, réduisant le prix au litre d'autant.

Beaucoup moins en Poitou-Charente

Par ailleurs, la CLCV a relevé "une vraie différence tarifaire par enseigne". Les enseignes de grandes distribution (Leclerc, Intermarché, Système U et Carrefour) et les discounters de groupes pétroliers (Esso Express, Elf) proposent les prix les moins élevés. A l'inverse, les enseignes de groupes pétroliers (Total, BP, Avia), pratiquent les tarifs les plus chers, avec environ 8 à 10 centimes de plus au litre.

Partant de ces conclusions, l'association de consommateurs demande aux autorités de la concurrence d'étudier les prix à Paris, en Corse et dans les départements ruraux pour "déterminer si le niveau élevé de prix provient d’une distorsion du jeu concurrentiel". Elle réclame par ailleurs de nouveaux points de distribution publics dans les zones sous-équipées, ainsi qu'une remise à plat des taxes nationales et régionales, qui représentent aujourd'hui plus de la moitié du prix au litre.