La nocivité du bisphénol A de nouveau pointée

  • A
  • A
La nocivité du bisphénol A de nouveau pointée
Partagez sur :

Une étude américaine met en avant, chez les souris, une féminisation des mâles.

Le bisphénol A, substance controversée utilisée entre autres dans les biberons et désormais interdite en France, provoquerait une féminisation des souris mâles, selon une étude publiée lundi par des chercheurs de l'Université du Missouri, aux Etats-Unis.

Concrètement, des souris mâles exposées au stade foetal au BPA se comportent davantage comme des femelles et sont affectées dans leur capacité à s'orienter dans leur environnement. Une observation qui conduit les scientifiques à conclure que chez l'homme, ce composant chimique pourrait avoir des effets néfastes sur le développement et les traits cognitifs propres à chaque sexe qui sont importants pour la reproduction.

Des effets néfastes sur le développement

"Les souris femelles ne veulent pas s'accoupler avec les souris mâles qui ont été exposées au BPA et ces dernières ont les plus grandes difficultés à naviguer spatialement pour trouver des partenaires sexuelles", explique Cheryl Rosenfeld, principal auteur de cette étude.

Cette étude devrait servir de base pour des recherches futures examinant comment le BPA pourrait affecter différemment les comportements cognitifs des garçons par rapport aux filles.

En France, les recherches menées jusqu’à ce jour n’ont pas donné de certitude sur sa nocivité du bisphénol A. Dans un avis, l’Inserm avait indiqué qu’"une exposition au BPA chez l'animal induit des effets au niveau du développement des organes de la reproduction et de la fonction de la reproduction", et que certains effets "persistent à l'âge adulte".