La mort d'un ado liée à son repas au Quick

  • A
  • A
La mort d'un ado liée à son repas au Quick
Une information judiciaire a été ouverte contre X pour homicide involontaire, a annoncé la procureur de la République de la ville d'Avignon.@ MAX PPP
Partagez sur :

La justice a établi un lien entre la mort de Benjamin et le repas consommé peu avant au fast-food.

Les résultats complets des analyses sont tombés : c’est bien le repas consommé au Quick Cap Sud d’Avignon qui est à l’origine de la mort d’un adolescent de 14 ans le 22 janvier dernier, quelques heures après son dîner au fast-food. "La synthèse des rapports médico-légaux permet de conclure que Benjamin Orset est décédé d'une toxi-infection alimentaire ", a déclaré vendredi la procureure de la République d’Avignon, Catherine Champrenault.

Toutes les autres hypothèses étudiées par la justice, telles que les repas pris à la maison, l’élevage d'animaux par la famille, ou les déjeuners à la cantine scolaire, ont été exclues.

Des staphylocoques dorés sur le sol

Les expertises ont mis en évidence "la présence de staphylocoques dorés dans le liquide gastrique" de la victime et "sur cinq employés sur les huit salariés ayant travaillé le 21 janvier 2011 dans l'établissement, ainsi que sur le sol carrelé du stand d'emballage des denrées alimentaires", a souligné Catherine Champrenault.

Forte de ces éléments, la magistrate a annoncé l’ouverture d’une information judiciaire contre X pour homicide involontaire. L'information judiciaire est ouverte du chef d'homicide involontaire "par violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de sécurité ou de prudence, prévue par la loi ou le règlement".

Un possible "dysfonctionnement local"

La préfecture du Vaucluse avait fermé le restaurant le 22 janvier après la mort de l'adolescent. Sa réouverture avait été autorisée la semaine dernière mais il a refermé ses portes, officiellement pour des raisons techniques, alors que le groupe Quick est en conflit avec le franchisé qui gère l'établissement. La direction de Quick a évoqué vendredi soir un possible "dysfonctionnement local" dans cette affaire.