La marque Anonymous énerve les Anonymous

  • A
  • A
La marque Anonymous énerve les Anonymous
@ REUTERS
Partagez sur :

Le dépôt de leur nom provoque la colère du collectif de hackers, qui a lancé des représailles.

Les hackers d’Anonymous n’ont pas apprécié que le logo et le slogan du collectif soient déposés à l'Institut national de la propriété industrielle (Inpi) par une petite société française. Early Flicker propose depuis à la vente des tee-shirts déclinant le logo et le slogan sur son propre site mais aussi sur des sites marchands.

Représailles des Anonymous

Après l’annonce de ce dépôt auprès de l’Inpi, des représailles ont été lancées en début de semaine par les internautes, sous le nom d’opération #OpAnonTrademark.

Mardi, une vidéo intitulée "Anonymous n'est pas à vendre" a été mise en ligne sur des sites de partage vidéo pour dénoncer la démarche d'Early Flicker :

"Notre logo et notre slogan ont été détournés à des fins marketing par une société peu scrupuleuse", dit une voix visiblement issue d'un logiciel de transcription vocale, dans ce message mis en ligne par l'auteur "AnonymousFrancophone".

Les hackers veulent le retrait des marques

"Le gérant de la société Early Flicker a usurpé nos symboles en les enregistrant comme marque déposée auprès de l'Inpi afin de les utiliser pour leur business", ajoute la voix.

"Anonymous, soucieux de la liberté d'expression, exige de M. (Apollinaire) Auffret (le gérant) qu'il retire ces marques déposées de sa société, sous peine de déchaîner notre colère", prévient-elle.

L’appel a été visiblement entendu et samedi, l’intégralité du contenu du site de la société a été retiré. En revanche, le profil de la société sur eBay ne paraît pas avoir souffert du courroux des Anonymous, relève le site spécialisé Numerama.

Le gérant de la société se défend

Le gérant de la société Early Flicker affirme de son côté n'avoir jamais voulu s'enrichir avec cette opération. Dans un message mis en ligne sur l'un des sites de sa société, Apollinaire Auffret a assuré que "l'idée elle-même de (s') enrichir" par le biais de l'utilisation du logo, du nom et du slogan d'Anonymous ne lui était "jamais venue à l'esprit" et qu'il ne vendait que "2 à 3 objets par jour".

Le dépôt du nom Anonymous est d’ailleurs passé inaperçu pendant six mois et "n’aurait sans doute pas été remarqué sans un tweet publié en début de semaine", relève Numerama.

Echange entre le collectif et le gérant

Apollinaire Auffret souligne que le dépôt auprès de l'Inpi permet, outre d'échapper à des poursuites légales en cas d'utilisation des éléments déposés, de poursuivre en justice les autres utilisateurs éventuels, ce qu'il affirme n'avoir jamais envisagé.

"J'échange actuellement avec l'un des comités de soutien France des Anonymous, à leur demande, je ferai ce qui leur semblera dans l'intérêt du mouvement", écrit le gérant d’Early Flicker.