La manifestation pro-Gaza finit dans la violence

  • A
  • A
La manifestation pro-Gaza finit dans la violence
@ REUTERS
Partagez sur :

Après un début dans le calme, le rassemblement, interdit, a dégénéré en fin d'après-midi. Les forces de l'ordre ont procédé à environ 70 interpellations.

Le rassemblement était interdit mais il a quand même eu lieu. Après un début dans le calme, la manifestation propalestinienne interdite, samedi à Paris, s'est conclue par des échauffourées. Environ 70 personnes ont été interpellées, le calme est revenu vers 19 heures.

>> LIRE AUSSI - Gaza : une manifestation à Paris malgré l'interdiction

De jeunes, certains cagoulés ou le visage masqué par des foulards, jetaient également divers projectiles, des pierres notamment, sur des vitrines de magasins place de la République. Un abribus a été détruit. Vers 17h00, une vingtaine de personnes avaient été placées garde à vue, selon un premier bilan provisoire. Un chiffre passé à la cinquantaine vers 19h30.

26.07.Manifestation.Gaza.palestine.Reuters.930.620

© REUTERS

"La justice passera". "Il y avait une différence entre les manifestants et les casseurs", a tenu à réagir le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. "Des jeunes ont joué un rôle d'apaisement, mais il y avait bien présents à cette manifestation des casseurs qui étaient la pour organiser des affrontements, de la violence pour faire déferler la haine", a-t-il estimé.

"La justice passera" et "il n'y aura aucune concession de la part de la République à l'égard de ces casseurs", a-t-il prévenu. "Il y a eu 70 interpellations et 30 gardes à vue (de manifestants) qui étaient pour une partie d'entre eux armés de facon significative avec des matraques, des mortiers, des poings américains", a déclaré Bernard Cazeneuve, évoquant "des risques de violences très sérieux".

Une manifestation interdite. Alors que le défilé avait été interdit par la préfecture qui invoquait le risque de violences, quelque 5.000 personnes s'étaient rassemblées depuis 15h00 place de la République, point de départ initialement prévu du cortège, mais sans chercher à défiler. Les forces de l'ordre avaient toléré le rassemblement, sans chercher à le disperser, mais en maintenant un important dispositif de sécurité autour de la place.