La guerre des gangs devant les assises

  • A
  • A
La guerre des gangs devant les assises
Deux personnes avaient été tuées lors de la fusillade de la place des Géants à Grenoble, en 2007.@ MAXPPP
Partagez sur :

A Grenoble, une fusillade avait fait deux morts. Le motif : la vengeance d'un clan face à un autre.

Le procès de l'engrenage de la vengeance s'est ouvert à Lyon. Les assises du Rhône jugent depuis lundi les auteurs présumés d'une fusillade qui avait fait deux morts et trois blessés en 2007 à Grenoble, sur fond de guerre des gangs et de trafic de drogue. Dans le box, Oualid Mokrane, 36 ans, et Hamdi Khadraoui, 33 ans, accusés de "meurtres et tentatives de meurtres en bande organisée" et "association de malfaiteurs".

Le soir d'Halloween, trois personnes ouvrent le feu sur un groupe place des Géants, dans le quartier de la Villeneuve. Ils appartiennent au "clan de l'Alma", qui cherche à se venger du "clan de la Villeneuve", dont font partie les cousins Christophe et Frédéric Morival, morts sur le coup. Cagoulés et portant des blousons siglés "police", les trois tireurs s'enfuient dans une voiture conduite par une quatrième personne. Ni le troisième membre du commando, ni le chauffeur n'ont jamais pu être retrouvés.

"C'était la guerre entre nous"

Hamdi Khadraoui, confondu par des traces de sang sur le chemin de sa fuite, a reconnu calmement devant le tribunal être allé place des Géants pour venger la mort de son frère, Ali, mort dans un guet-apens à Champagnier, en Isère, quelques mois plus tôt. L'affaire a été jugée en avril 2011 par les assises de Lyon, qui ont condamné deux hommes à 18 et 12 ans de réclusion criminelle.

"J'ai tiré sur Christophe Morival. Il avait revendiqué dans son quartier l'assassinat de mon frère. Je plaide coupable, j'assume", assène aujourd'hui Hamdi Khadraoui, selon 20 minutes. "Je ne vais pas vous mentir, c'était la guerre entre nous", reconnaît-il, cité par Le Dauphiné.

Un autre procès en avril et mai

Oualid Mokrane, le co-accusé d'Hamid Khadraoui, nie quant à lui toute implication dans la fusillade de la place des Géants. Grièvement blessé en même temps que le frère d'Hamid Khadraoui, il est mis en cause par des conversations interceptées par les enquêteurs.

Dans la salle d'audience, l'ambiance est tendue et de nombreux policiers ont été déployés."Un mort entraîne un autre mort, c'est malheureux", a commenté Hamid Khadraoui, soutenant le regard des familles des victimes. "Assassin", lui a lancé l'un des proches, aussitôt rappelé à l'ordre.

Le procès doit durer jusqu'au 23 mars. Mais le véritable épilogue de cette guerre des gangs n'aura lieu en avril et mai prochain, lorsque la même cour d'assises se penchera sur l'assassinat d'un détenu dans la cour de la prison de Varces, ultime épisode de cette série de meurtres. Cette guerre entre clans rivaux a fait au total une dizaine de morts entre 2006 et 2008 dans la région de Grenoble.