La grippe va coûter cher

  • A
  • A
La grippe va coûter cher
@ MAX PPP
Partagez sur :

ENQUETE E1 - Avec 2 millions de personnes déjà touchées, l'épidémie a un certain coût pour la Sécu.

Déjà deux millions de malades. C'est une épidémie de grippe particulièrement virulente qui frappe la France cette année. Déjà huit semaines qu'elle sévit et, selon les autorités sanitaires, nous n'en sommes qu'à mi-parcours : le virus devrait faire encore des dégâts au moins jusqu'à la fin mars. Depuis Noël, déjà deux millions de malades se sont rendus chez leur médecin pour cause de grippe, soit autant que sur l'ensemble de l'année dernière.

>> Le dernier bulletin des groupes régionaux d'observation de la grippe

grippe

Des salariés absents… Cette année, ce sont les jeunes qui sont les premiers touchés : enfants scolarisés et adultes de moins de quarante ans. Conséquence, les entreprises voient se multiplier les absences de salariés, soit parce qu'ils sont eux-mêmes atteints, soit pour un enfant malade. En moyenne, on considère qu'un salarié grippé est absent cinq jours.

… Et des entreprises qui s'adaptent. Pour les employeurs, c'est donc un véritable casse-tête. L'une des solutions consiste à demander aux employés de changer de poste, le temps d'une journée ou deux. " Il a fallu faire une micro révolution", raconte Francis Dubrac, patron d'une entreprise de BTP en Seine-Saint-Denis, au micro d'Europe 1. "On a demandé à des collaboratrices qui travaillaient à la comptabilité d'aller donner un coup de main à l'accueil, mais personne n'aime trop changer de poste", admet-il. "On prend du retard sur les chantiers, il faudra la rattraper après, il faut gérer avec le client qui s'étonne que ça marche moins bien", confirme le directeur adjoint, Stéphane.

Les établissements scolaires aussi touchés. Les établissements scolaires doivent eux aussi s'adapter. Avec un taux d'absentéisme pour cause de grippe qui frôle dans certains cas les 20 %, les directeurs sont obligés de s'adapter. "Certains services sont prioritaires, comme la cantine, ou le standard", explique à Europe 1 Jean-François Raynal, du Lycée Victor Hugo de Lunel, dans l'Hérault.

Du coup, ce sont les activités non prioritaires qui trinquent, comme le ménage. "L'entretien des salles n'est plus fait qu'une fois par semaine, au lieu de tous les deux jours", explique le chef d'établissement. "Certains élèves se plaignent que les salles ne sont pas nettoyées aussi souvent qu'à l'accoutumée, mais malheureusement, on ne peut pas faire autrement…"

Un coût élevé pour la sécu. Cette grippe a aussi un coût pour la sécurité sociale : entre les médicaments, les consultations et les arrêts maladie, les groupes régionaux d'observation de la grippe évaluent le coût d'une épidémie de grippe à 90 millions d'euros par million de malades.  Avec un nombre de cas de grippe qui devrait approcher les quatre millions cette année, l'assurance maladie devrait donc débourser quelques 360 millions d'euros.