La fusée Soyouz est sur le pas de tir

  • A
  • A
La fusée Soyouz est sur le pas de tir
Le lancement de la fusée russe Soyouz qui devait avoir lieu jeudi a été reporté.@ Arianespace
Partagez sur :

Lancée depuis la Guyane, elle doit mettre en orbite les satellites du système européen Galiléo.

"C’est un évènement historique", affirme Jean-Yves Le Gall, président d’Arianespace, à propos du lancement de la fusée russe Soyouz qui doit mettre en orbite les deux premiers satellites du projet de positionnement Galiléo. La fusée russe devait décoller jeudi mais son lancement a été reporté. "A la suite d'une anomalie observée au cours de la fin du remplissage du troisième étage du lanceur Soyouz, la chronologie de lancement a été interrompue", indique Arianespace dans un communiqué précisant qu’"une nouvelle date de lancement sera annoncée dans la journée". Le nouveau lancement est prévu vendredi à 7h30 heure guyanaise, 12h30 heure de Paris. Un événement à suivre en direct sur Europe1.fr.

Galiléo, le GPS européen

Pour son premier lancement depuis le Centre spatial guyanais, la fusée russe Soyouz doit placer sur une orbite circulaire, à plus de 23.000 km d'altitude, les deux premiers satellites de la constellation Galileo, projet européen concurrent du GPS américain. En test depuis 2005, le système Galiléo devrait être utilisé à partir de 2014.

"D’ici 3 à 4 ans on aura un Galiléo complètement opérationnel", explique le directeur d’Arianespace. A terme, ce seront plus d’une trentaine de satellites qui seront mis en orbite pour ce projet Galileo.

Deux systèmes valent mieux qu’un

"Avec deux systèmes, il y en aura toujours un qui marchera et ce sera beaucoup plus facile. Quand on a besoin de deux systèmes pour faire atterrir un avion dans le brouillard, le faire avec le GPS c’est un peu difficile car si le GPS tombe en panne on se retrouve démuni", relève le directeur d’Arianespace, Jean-Yves Le Gall. Le système Galiléo plus ou moins similaire au GPS américain fonctionne de la même façon – la triangulation des données de plusieurs satellites permet de trouver un point géographique de manière extrêmement précise. 

Mais, Galiléo vise aussi à s’émanciper des Etats-Unis. « Ca permettra aux Européens de faire des choses impossible aujourd’hui » indique Jean-Yves Le Gall.

5 services pour Galiléo

Galiléo devrait proposer cinq services distincts. Le premier, le service ouvert, correspondra en tout point à l’utilisation du GPS civil. C’est celui que les particuliers utiliseront. Payant, le second service commercial offrira plus de garanties que le premier (intégrité, précision jusqu’à 10 cm, garantie de service…). Le troisième service aura pour objectif la sureté de la vie. Il permettra plus de sécurité dans les domaines du transport aérien, maritime et terrestre.  

Le quatrième service s’adressera en priorité à des utilisateurs remplissant une mission de service public (service d’urgence, transport de produits dangereux…). Enfin, le cinquième et dernier service devrait aider les secours de l’Organisation maritime internationale et de l’Organisation de l’aviation civile internationale.

> Suivez en direct le lancement de la fusée Soyouz sur Europe1.fr à 12h30.