La folie "rainbow loom" est-elle arrivée chez vous ?

  • A
  • A
La folie "rainbow loom" est-elle arrivée chez vous ?
@ CAPTURE TWITTER
Partagez sur :

PHÉNOMÈNE - Ce "métier à tisser en arc en ciel" venu des Etats-Unis a envahi les cours de récré.

L'INFO. Si vous avez des enfants, filles ou garçons, entre 6 et 12 ans, vous n'avez pas pu y échapper : les "rainbow loom" - c'est-à-dire "métier à tisser en arc-en -ciel" - font fureur les cours d'école en France, mais aussi aux Etats Unis, en Australie, au Japon, au Vietnam ou en Israël.

Qu'est-ce que c'est ? Le mot imprononçable désigne des bracelets que l'on fabrique soi-même grâce à un petit métier à tisser et des mini-élastiques de couleurs. Sur le même principe avec un peu d'imagination, on peut aussi fabriquer des bagues et autres mini-figurines "rainbow loom". Des objets que l'on garde ou que l'on s'échange dans la cour de récré. Ce sont un peu les scoubidous 2014.

Des expatriés inspirés à l'origine de la saga française. En France, derrière ce succès phénoménal se cache un couple de Quimper, Emmanuel et Morgane Laurençon. Ce sont eux qui ont ramené ce jouet en France, après une année sabbatique passée en Floride, à Miami avec leurs quatre enfants.

Leur fille découvre le phénomène à l'école à Miami… Leur fille scolarisée là-bas au niveau qui correspond à la 6ème ramène un soir ces petits bracelets colorés. Lorsque ses copines de France lui rendent visite, Emmanuel voit sa fille et ses amies s'enfermer dans leur chambre pour faire des "rainbow loom".



…ils contactent le créateur. Le couple de Bretons décide alors de contacter l'inventeur, un père de famille qui bidouillait dans un garage du côté du Michigan. Ils réussissent à le convaincre de leur céder les droits d'importation exclusifs du "rainbow loom" en France, Belgique et Suisse. C'était il y a tout juste un an.



Un succès immédiat. Il s'écoule actuellement en France 50.000 boites de "rainbow loom" par mois en France. "On a une petite pointe de fierté", reconnaît Morgane qui dit toutefois ne toujours pas réaliser. Et la success story n'est peut-être pas finie : le couple de quadra a ramené dans sa valise un autre produit... mais dans la téléphonie cette fois.