La flambée des frais dentaires endiguée ?

  • A
  • A
La flambée des frais dentaires endiguée ?
Chaque année, les soins dentaires représentant 10 milliards d'euros par an.@ Maxppp
Partagez sur :

Les assurés ont vu les prix des soins dentaires s'envoler. Une négociation s'ouvre vendredi.

L'accès aux soins dentaires est de plus en plus difficile pour les assurés. Les syndicats de dentistes entament vendredi une négociation avec l'Assurance maladie et les complémentaires santé. L'objectif est d'aboutir à un accord sur la flambée des prix avant la présidentielle.

Chaque année, les soins dentaires représentant 10 milliards d'euros par an. Les ménages français paient près de 2,5 millions d'euros par an de leur poche, soit près d'un quart des dépenses totales. En province, une couronne dentaire coûte environ 460 euros en moyenne contre environ 600 euros à Paris. Selon le journal Les Echos, cette part payée par les patients devrait augmenter dans les années à venir, les dépassements d'honoraires progressant de plus de 5% par an.

"Un peu soulard du dimanche"

Selon l'Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES), les soins dentaires représentent près des deux tiers des cas de renoncement aux soins. "45 % des ouvriers non qualifiés déclarent au moins une dent manquante, contre 29 % des cadres", ajoute la Cour des comptes dans un rapport.

C'est le cas de Marc, un jeune cadre, qui a eu toutes les peines du monde pour trouver un devis acceptable. En tant que consultant, il devait absolument faire soigner sa "dent de devant". "Ça fait un peu soulard du dimanche qui erre le matin dans les rues. Je ne pouvais pas me permettre de ne pas le faire", explique-t-il au micro d'Europe 1.

"J'avais une dent nécrosée depuis longtemps" :

Les prix astronomiques proposés par les dentistes l'ont dissuadé pendant quelques mois de se faire soigner. "J'ai vu plusieurs docteurs. J'ai fait plusieurs devis. Ce temps-là est le plus long : quatre mois de recherches. Résultat : 3.330 euros pour certains sans fioritures. J'ai réussi à trouver un docteur qui pouvait me le faire à un prix plus accessible : 2.000 euros. Et après, le temps de commencer les séances, ça fait neuf mois avant d'avoir la dent telle que je l'ai aujourd'hui", déplore ce jeune cadre de 29 ans.

La part remboursée par la Sécurité sociale et sa mutuelle ne représente que 10 ou 15% de la facture totale.

Les syndicats réclament une revalorisation

Dans cette négociation qui s'ouvre vendredi, les syndicats de dentistes réclament une revalorisation. Selon eux, les tarifs des soins conservateurs (détartrage, traitement des caries, dévitalisation, etc.) et chirurgicaux (extraction d'une dent) ne sont plus suffisants pour faire tourner leurs cabinets. Les prix sur les soins prothétiques ont donc flambé ces dernières années. L’Assurance maladie espère pouvoir faire baisser les tarifs des prothèses mais les négociations seront rendues délicates dans ce contexte de déficit budgétaire.