La fin du cauchemar pour un automobiliste

  • A
  • A
La fin du cauchemar pour un automobiliste
Christian Cadiot a reçu 38 contraventions pour une voiture qui ne lui appartient plus.
Partagez sur :

Il recevait depuis 2008 des PV pour une voiture qu'il ne possédait plus.

"C’est un véritable délire bureaucratique". Quand il a pris connaissance du dossier de Christian Cadiot, Dominique Baudis, le Défenseur des droits, n’en est pas revenu. Depuis deux ans, cet automobiliste du Maine-et-Loire a reçu 38 contraventions pour une voiture qui ne lui appartient plus. Et pour cause, il l’a vendue en 2008. Mais, comme l'acheteur n'a pas changé la carte grise, c'est Christian qui reçoit les amendes.

Pour mettre un terme à cette situation ubuesque, Christian Cadiot a envoyé des dizaines de recommandés et a même entamé une grève de la faim. Sans succès. Jusqu’à l’intervention de du Défenseur des droits. "On lui avait bloqué son compte en banque. C'est-à-dire qu’on lui empoisonne l’existence", s'emporte Dominique Baudis, fustigeant les 38 PV envoyés à cet automobiliste innocent.

"On lui empoisonne l'existence" :

Pour stopper la machine administrative, Dominique Baudis a demandé au ministre du Budget et au ministre  de la Justice d’arrêter les poursuites contre Christian Cadiot. Les ministres ont jusqu’à mardi soir pour rendre un rapport complet sur toutes ces amendes à annuler. Pour Christian, c'est une victoire. "Je n’aurai pas cédé, jusqu’à tomber dans le coma s’il avait fallu", confie-t-il au micro d’Europe 1, en évoquant sa grève de la faim.

Toutefois, Christian Cadiot est loin d’être la seule victime de ces situations rocambolesques. Selon une association de défenses des victimes d’injustice, ils seraient plus de 500 en France à batailler comme lui pour faire annuler des PV abusifs.