La fin des taxis low cost à Avignon ?

  • A
  • A
La fin des taxis low cost à Avignon ?
Les Kangoo vertes de la société Easy Take devraient disparaître de la circulation à Avignon.@ MaxPPP
Partagez sur :

Easy Take, société de transport low cost, pourrait être placée en liquidation judiciaire vendredi.

"Les taxis m'ont tué". C'est le coup de gueule lancé par Jean-Marc Sibade, le patron d’"Easy take". Sa société, spécialisée depuis deux ans à Avignon dans les transports à bas coût pourrait être placée en liquidation judiciaire vendredi.

"On n’a plus le droit d’entreprendre"

Très remonté, Jean-Marc Sibade vient d'envoyer une lettre ouverte au gouvernement pour exprimer sa colère. "Il y a trop de favoritisme", écrit-il. "La loi concernant les voitures de tourisme avec chauffeur a changé quatre fois en deux ans".  

Pour s’adapter à la législation, Easy Take a dû sans cesse s'adapter, ce qui a entraîné des frais importants. "Aujourd’hui, il faudrait qu'on change à nouveau la totalité de nos 60 véhicules", déplore Jean-Marc Sibade au micro d’Europe 1. "On a le sentiment qu'en tant que chef d'entreprise, on n'a plus le droit d'entreprendre".

Un conflit ouvert depuis deux ans

A Avignon, la guerre sans merci que se livrent la société Easy Take et les chauffeurs de taxi  dure depuis deux ans. "Un simple lobby permet qu'on mette en danger ce genre d'entreprise", se plaint Jean-Marc Sibade au micro d'Europe 1. De son côté, Jean Capezza, le président de la chambre syndicale des artisans taxis, crie à la concurrence déloyale. "On a seulement défendu la profession contre des voyous qui faisaient un transport qui n'était pas dévolu par la loi", argumente-t-il.

Reste que les petites Kangoo vertes devraient disparaître du paysage à Avignon. En deux ans, elles ont 200.000 clients. Essentiellement des jeunes et des personnes âgées.