La famille Le Roux, spectatrice du déchirement des Agnelet

  • A
  • A
La famille Le Roux, spectatrice du déchirement des Agnelet
@ MaxPPP
Partagez sur :

ÉMOTION - Sur le banc des parties civiles, la famille d'Agnès Le Roux a assisté, impuissante, aux confrontations entre les fils Agnelet, leur mère et l'accusé.

Bouleversant. Il a salué la dignité des proches d'Agnès Le Roux, ses clients, tout au long du procès. Mercredi, les confrontations entre les fils Agnelet, leur mère, première épouse de l'accusé, et Maurice Agnelet, devant les assises d'Ille-et-Vilaine, ont bouleversé Me Temime, l'avocat des parties civiles, pourtant rompu aux prétoires. Dans la salle d'audience, le public a retenu son souffle toute la matinée, saisi par l'intensité de ce qui se jouait devant lui. Mais sur les bancs des parties civiles, l'émotion était encore plus intense. Jean-Charles Le Roux, le frère d'Agnès, a été pris plusieurs fois de sanglots. Comment assister à la destruction d'une famille, dont l'un des membres en accuse un autre d'être à l'origine de son propre malheur ?

"C'est effroyable". "C'est effroyable", confie Patricia Le Roux, la soeur d'Agnès disparue en 1977, choquée par l'attitude de Maurice Agnelet. "Quand je le vois réagir à tout ça, à cette journée, il ne perd pas son sourire... Parfois on a l'impression qu'il a une jouissance, un plaisir à garder ce pouvoir sur les gens, de ne rien dire", dénonce-t-elle.

Témoins malgré eux du déchirement. A plusieurs reprises, Me Temime a déploré les confrontations entre les deux fils de l'accusé, regrettant par exemple qu'Annie Litas, la première femme d'Agnelet, "se soit transformée en procureur de son propre fils", Guillaume, qui accuse Maurice Agnelet du meurtre d'Agnès. Ce spectacle, les parties civiles n'ont pas demandé à en être les témoins. Et encore moins Me Temime, qui avait construit en amont toute sa ligne de défense sur neuf indices pour démontrer point par point aux jurés la culpabilité de Maurice Agnelet.

"Même la partie civile est heurtée". "Je trouve tout cela horrible. La famille Le Roux déplore que nous devions en arriver là. Sans la déposition de Guillaume Agnelet, nous étions en mesure d’apporter à la cour la preuve [de la culpabilité d'Agnelet]. Même la partie civile est heurtée par ce qui se passe ici", déclare-t-il alors que l'huissier est parti chercher Guillaume Agnelet qui patientait dans une salle isolée. Plus tard, Me Temime demande encore au président de ne pas faire témoigner Thomas, le deuxième fils, qui, lui, continue de soutenir son père. "Est-ce vraiment nécessaire", s'interroge-t-il. Visiblement oui, pour le président de la cour qui fait appeler les deux frères à la barre.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

TÉMOIGNAGE E1 - "Je suis convaincu de l'innocence de mon père"

A L'AUDIENCE - "Ce qui tue, plus que la vérité, c’est le secret"

TEMPS FORTS - "J'ai passé plus de 30 ans de ma vie dans le secret"

PROCÈS - Deux femmes face à l'accusé

ENREGISTREMENTS - La voix d'Agnès Le Roux au procès Agnelet

LA PHRASE - Maurice Agnelet : "37 ans que je dis que je suis innocent"

PROCÈS - L'affaire Agnès Le Roux de retour devant la justice

DÉFENSE- "il n'y a aucune preuve" contre Agnelet