La crise, occasion de changer de vie ?

  • A
  • A
La crise, occasion de changer de vie ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

88% des Français considèrent que la crise est l’occasion de changer de mode de consommation.

Chaque crise économique se traduit par des destructions d’emplois et d’habitudes mais favorise aussi l’émergeance de nouveaux modèles. Partant de ce constat, le cabinet conseil Ethicity a mené une enquête auprès des Français pour savoir ce qu’ils étaient prêts à changer.

Conclusion de ce baromètre 2012 de la consommation responsable : l’immense majorité des Français (88%) estime que la crise économique devrait être l'occasion de changer de mode de vie et de consommation mais ils sont bien moins nombreux à être prêts à passer à l’acte.

Changer, mais jusqu’à quel point ?

Cette enquête annuelle montre que la majorité des personnes sondées prônent un changement de mode de vie et de consommation. Mais ils sont moins nombreux, 57%, lorsqu’il s’agit de changer les fondements du système de la société actuelle : changer, oui mais juste à la marge.

Seuls 33% des sondés jugent la crise a montré que ce système n'est plus viable et qu'il faudrait repartir de zéro. Enfin, 8% pensent qu'il faut préserver nos modes de vie actuels. "Les gens prennent conscience qu'il faut se serrer la ceinture mais il y a quand même une volonté de vivre mieux", décrypte le directeur associé d'Ethicity, Gilles Degroote.

L’information sur les produits plus suivie

Cette volonté de changement se traduit par des gestes quotidiens, notamment lors de l’achat. L'information sur les produits comme le lieu de fabrication et les composants prennent ainsi une importance accrue.

85% des personnes interrogées ont indiqué privilégier les entreprises ayant préservé une implantation locale et 76% regrettent la faiblesse des informations sur les conditions de fabrication des produits.

"En comparant l'enquête aux sondages politique de la campagne électorale ce message de volonté de changement montre que les gens prennent conscience que cela ne viendra pas des politiques, mais bien des individus et des entreprises", estime Gilles Degroote.

 L'enquête a été menée par voie postale auprès d'un panel représentatif de 4.055 personnes âgées de 15 à 74 ans entre le 20 février et le 16 mars 2012 par Kantar Média et TNS Sofres.