La crainte d'une nouvelle sécheresse

  • A
  • A
La crainte d'une nouvelle sécheresse
@ MAXPPP
Partagez sur :

En Loire-Atlantique, on s'inquiète déjà du niveau bas des cours d'eau et des réserves.

La France, déjà marquée en 2011 par un printemps historiquement sec, a de nouveau enregistré un déficit pluviométrique en ce début d'année 2012, a annoncé mardi Météo France. L'Ouest et le Sud-Ouest accusent des niveaux hydrologiques anormalement bas, tandis que les premiers signes de sécheresse apparaissent déjà en région Languedoc-Roussillon. Les agriculteurs et les éleveurs redoutent donc déjà une nouvelle sécheresse.

"Si cela perdure vraiment, ce sera catastrophique"

Un soleil de plomb, 21 degrés et un vent de Nord-Est qui assèche les terres arides du sud de la Loire-Atlantique : Dominique et ses trente vaches laitières redoutent déjà une troisième année de sécheresse consécutive. "On est inquiet dans le sens où on a eu un hiver très sec, avec 60 millimètres d'eau en janvier et 15 millimètres en février", confirme-t-il.

"Depuis octobre, il manque environ 200 millimètres et 200 millimètres, c'est 200 litres d'eau au mètre carré. Avec un tel déficit d'eau, les plantes vont souffrir dès qu'elles vont commencer à pousser", précise Dominique. "Si cela perdure vraiment, ce sera catastrophique", poursuit-il, avant d'ajouter : "actuellement il n'y a pas beaucoup d'eau qui est annoncée, donc on est inquiet", d'autant "qu'il n'y a plus de stock donc si on a pas une bonne année de fourrage, cela va être très, très compliqué".

Le débit de la Loire divisé par trois

Baisse précoce des nappes phréatiques et cours d'eau extrêmement bas : du côté de la Chambre d'agriculture de Loire-Atlantique, on tire également la sonnette d'alarme. "Les débits de la Loire sont actuellement à 500 mètres cube/seconde alors qu'on est habituellement plus proches des 1.580 mètres cube/seconde en moyenne sur les 150 dernières années", indique Caroline Doublet.

"L'année 2011 a été particulièrement exceptionnelle, on a l'impression qu'on part sur une année 2012 plus difficile encore. Si jamais on n'a pas de pluie d'ici le mois d'avril, la situation risque d'être très problématique", pronostique-t-elle.