La contrefaçon s’attaque… aux huîtres

  • A
  • A
La contrefaçon s’attaque… aux huîtres
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un producteur d’Oléron s’est rendu compte qu’une entreprise chinoise usurpait sa marque.

Copier de célèbres marques de vêtements, de parfums ou de tabac ne suffit pas : la contrefaçon n'a pas de limites et s'attaque maintenant aux huîtres. Un producteur d’Oléron en a fait l’amère expérience en découvrant que des fausses huîtres françaises étaient écoulées malgré lui, sous sa marque, en Chine.

Même emballage, mais contenu différent

Des amateurs chinois des huîtres Gillardeau, parmi les plus convoitées, s’attendaient à un festin. Mais lorsque les bourriches d’huîtres leur ont été présentées, ce fût la désillusion : si l’emballage était fidèle à l’original, à l’intérieur, ce n’était pas du tout des huîtres produites en Charente-Maritime.

Fin connaisseurs des huîtres, ces restaurateurs chinois de Pékin et de Hong-Kong se sont donc empressés d’alerter Véronique Gillardeau, qui a repris cette marque phare des Marennes-Oléron. "Il y a des Chinois qui se sont amusés à vendre notre produit sous le nom Gillardeau mais ce ne sont pas nos huîtres", a-t-elle confirmé au micro d’Europe 1.

Un nom identique mais associé à un autre logo

Après enquête, il s'avère qu'"un Chinois a déposé notre nom environ une quinzaine de jours après nous avec un logo qu’il a fait lui-même et c’est sous ce nom-là que se vendent les huîtres", précise Véronique Gillardeau.

"C’est la coquille, mais ce ne sont pas du tout les mêmes huîtres. J’ai vu des photos qu’un client m’a envoyées il n’y a pas très longtemps : ce n’étaient absolument pas mes huîtres. Le taux de chair était moins important, la coquille n’était pas du tout la même", poursuit-elle, avant de conclure : "de toute façon, la provenance n’est pas la même : ce sont des huîtres qui viennent en général de Nouvelle-Zélande ou d’Australie".

Gillardeau a donc demandé à ses avocats de se saisir du dossier, tout en constatant avec satisfaction que ses fidèles clients ne s’étaient pas laissés abuser, distinguant tout de suite les fausses et alertant la productrice. L’amateur d’huîtres n’est pas prêt à gober n’importe quoi.