La compagne de Didier François est "tellement heureuse de savoir qu'il va rentrer"

  • A
  • A
La compagne de Didier François est "tellement heureuse de savoir qu'il va rentrer"
@ CAPTURE BFM
Partagez sur :

RÉACTIONS - La mère et la compagne de Didier François, ainsi que les dirigeants d'Europe 1, ont confié leur immense joie.

Plus encore que l'émotion, du soulagement. Les réactions des proches des otages libérés dans la nuit de vendredi à samedi se succèdent. Et pour le père de Nicolas Hénin, journaliste indépendant détenu 10 mois durant en Syrie, "c’est évidemment beaucoup d’émotion, mais surtout beaucoup de soulagement parce que nous savons bien qu’ils étaient dans des conditions difficiles". Nicolas Hénin a pu parler à sa mère et à son épouse, ils se sont réjouis de le retrouver dans un état d'esprit "heureux, très positif", "plein de sens de l'humour et tout à la joie des retrouvailles familiales".

Joie immense et émotion. Françoise, la compagne de Didier François a fait part de son immense joie, sur Europe 1. "Je suis tellement heureuse de savoir que Didier va rentrer ce soir et qu'il est enfin libre", a-t-elle confié. "J’ai parlé à Didier, il va très bien", a poursuivi sa compagne. "C’est comme si on ne s’était pas quittés. Donc c’est Didier François tel que je le connais que j’ai retrouvé au téléphone".

"J'ai beaucoup de mal à réaliser". La mère de Didier François a également réagi sur Europe 1. Elle a fait part de sa "joie immense". "J'ai beaucoup de mal à réaliser. C'est tellement fort", a-t-elle poursuivi, ajoutant que "ce que je veux, c'est remercier toutes les personnes qui ont tout fait pour qu'il rentre. Et je suis très pressée de le voir".



Un SMS "énigmatique". Heureux hasard pour la sœur de Pierre Torres, dans un train pour Paris quand elle a "appris (la nouvelle, ndlr.) par un SMS sur le portable de ma fille" qui disait "bonnes retrouvailles". Claire Torres n'a pas immédiatement compris : "c'était assez énigmatique. Et tout de suite derrière, un second d'un camarade de classe qui lui disait "ton oncle est libre", raconte-t-elle émue. "Une énorme surprise, indescriptible et j'ai tout de suite pensé aux trois autres", continue-t-elle.



Arnaud Lagardère : Le ciel est "bleu pour notre ami et pour nous tous". Arnaud Lagardère a, également, tenu à remercier les autorités françaises et tous les collaborateurs du groupe Lagardère, pour leur mobilisation et leur soutien. "Les premiers mots de Didier étaient qu'il était heureux de voir le ciel. Le ciel il est bleu, il est bleu pour notre ami. Il est bleu pour nous tous", a-t-il confié sur Europe 1, samedi midi.

Denis Olivennes : "on s'est embrassé, on a pleuré". Denis Olivennes, le président directeur général d'Europe 1, a également fait part de son "immense émotion", samedi matin, sur Europe 1. "On s'est embrassé, on a pleuré", a-t-il confié. "On a vécu 10 mois d'angoisse, mais pendant ces 10 mois on n'a pas été seuls", a-t-il rappelé.

"Je voudrais remercier le président de la République et les services de l'Etat grâce auxquels cette libération a eu lieu", a ajouté le PDG. Denis Olivennes a aussi tenu à remercier tous ceux qui ont été engagés auprès des équipes d'Europe 1, "tous les collaborateurs de la maison et en dehors de la maison, le comité de soutien et les centaines d'anonymes", a-t-il précisé.



Fabien Namias : "on peut respirer à pleins poumons". "Immense soulagement" également pour Fabien Namias, directeur général d'Europe 1. "J'ai l'impression qu'on peut enfin respirer à pleins poumons", a-t-il confié samedi matin. Fabien Namias a également salué la "très grande solidarité" qui s'est mise en place dès l'annonce de la capture de Didier François et Edouard Elias le 6 juin 2012.



"Dix mois, c’est assez long quand même". "Je suis évidemment très heureux de leur libération", a déclaré Serge July, qui s'est occupé du comité de soutien aux otages. "J’ai une pensée particulière pour Didier puisque j’ai travaillé longuement avec lui.  Je suis très heureux aussi parce que il n’y a pas d’exception à une règle républicaine : la République ramène les journalistes qui sont pris en otage. C’est vrai depuis 40 ans et la guerre du Liban . Et c’est vrai pour les journalistes pigistes également", a -t-il tenu à souligner.



sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

ESSENTIEL - Ils sont libres !

DOCUMENT - Otages : une lettre pour Didier, Edouard, Nicolas et Pierre

BONNE NOUVELLE - Syrie : libération de deux journalistes espagnols

VIDÉO - Le flash-mob pour la libération des otages en Syrie

INTERVIEW - Un appel pour "une défense commune" des otages en Syrie