La colère des Toscan du Plantier

  • A
  • A
La colère des Toscan du Plantier
@ REUTERS
Partagez sur :

Le principal suspect n'a toujours pas été extradé d'Irlande, cinq mois après le mandat d'arrêt.

Quatorze ans que la famille Toscan du Plantier se bat pour connaître la vérité dans le meurtre de Sophie Toscan du Plantier, l'épouse du producteur de cinéma Daniel Toscan du Plantier. Alors qu'un juge français a repris récemment le dossier et lancé un mandat d'arrêt contre le principal suspect, Ian Bailey, la procédure traîne en Irlande, où a eu lieu le meurtre à Noël 1996.

Pour la troisième fois déjà, la justice irlandaise vient de repousser l'examen du mandat d'arrêt émis par la France en février contre Ian Bailey, voisin de la victime et principal suspect du meurtre de Sophie Toscan du Plantier. Et le 13 octobre prochain, nouveau rendez-vous fixé par la justice irlandaise, il ne s'agira alors que d'une audience de fixation pour déterminer une future date d'examen du mandat d'arrêt européen.

La famille de la victime est indignée. Selon elle, ces questions de procédure "sont négligeables par rapport à l'enjeu". Jean-Pierre Gazeau, président de l'association pour la vérité sur l'assassinat de Sophie Toscan du Plantier et oncle de la victime, estime le caractère d'urgence du mandat d'arrêt "n'est pas respecté".

Ecoutez Jean-Pierre Gazeau :

Ian Bailey a été arrêté en avril 2010 à son domicile, dans l'extrême sud-ouest de l'Irlande, à quelques pas de là où avait été tuée Sophie Toscan du Plantier, puis remis en liberté sous contrôle judiciaire. Le journaliste irlandais a déjà été arrêté à deux reprises et interrogé par la police irlandaise mais il n'a jamais été inculpé dans l'affaire. Il nie toute responsabilité dans l'affaire.