"La bible a plus raison qu'un parlement"

  • A
  • A
"La bible a plus raison qu'un parlement"
André Vingt-Trois enjoint les évêques à mobiliser les fidèles le 15 août contre l'union gay.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le texte d'André Vingt-Trois, qui enjoint les évêques à mobiliser les fidèles contre l'union gay, suscite la polémique.

L'interprétation de la Bible divise depuis des millénaires, et les débats sont loin d'être terminés. À dix jours de l'assomption, Église et communauté homosexuel s'affrontent, chacun brandissant des arguments tirés du livre sacré. En cause : un  texte de Monseigneur André Vingt-Trois, président de la Confédération des évêques de France. Ce dernier a adressé une prière nationale à prononcer dans tous les diocèses, le 14 aout prochain. Problème : le texte incite la communauté catholique à se mobiliser contre la future loi sur le mariage gay, prévue par le gouvernement.

» Lire aussi : "l'Eglise mobilisée contre le mariage gay"

» Ou encore : "le calendrier du mariage gay se précise"

"Tout cela bouleverse les fondamentaux"

"C'est, selon moi, écrit à la première page de la Bible. Il est dit : 'Dieu nous a créés homme et femme et quand l'homme quitte son père et sa mère, il s'attache à sa femme. Et tous deux deviennent une seule chair'", justifie au micro d'Europe1 le cardinal Monseigneur Barbarin.

"Aujourd'hui les esprits sont ailleurs. Le Canada, l'Espagne et bientôt la France votent des lois qui vont dans le sens contraire. Mais personne ne sera étonné que nous, catholique, nous pensions que la première page de la bible a davantage raison qu'un parlement. Nous disons simplement : 'attention, ce qui est en train de se passer bouleverse les fondamentaux et je ne suis pas sûr que cela soit pour le bien de tous'", poursuit l'archevêque de Lyon.

"Aime tous tes prochains"

Mais l'argument n'atteint pas la communauté homosexuelle, qui compte des défenseurs parmi les croyants. Qui savent, eux aussi, manier l'arme biblique. "La plupart de nos membres sont très atteints par ce texte terrible, qui conforte la peur de certains catholiques envers les homosexuels", regrette Élisabeth Saint-Guily, membre de l'association gay et chrétienne "David et Jonathan".

"Les évêques de France, et derrière eux le Vatican, expriment des propos homophobes. Le texte de Mgr Vingt-Trois use d'un langage policé, institutionnel, mais derrière il y a un message, affirme-t-elle. La Bible dit : 'tu aimeras ton prochain comme toi-même'. On voudrait que les évêques s'appliquent cette maxime. Qu'ils aiment tous leurs prochains, y compris les homosexuels."