L. Bettencourt "à l'origine" de la réconciliation

  • A
  • A
L. Bettencourt "à l'origine" de la réconciliation
Liliane Bettencourt et sa fille Françoise ont annnoncé leur réconciliation lundi.
Partagez sur :

L'avocat de l'héritière de L'Oréal est revenu mardi sur Europe 1 sur le rapprochement avec sa fille.

Après l'annonce inattendue lundi de la réconciliation entre Liliane Bettencourt et sa fille Françoise, l'heure est maintenant aux explications. Me Pascal Wilhelm, l'un des avocats de la milliardaire, était mardi sur Europe 1 pour évoquer ce rapprochement entre la mère et la fille.

"Une relation continue" entre la mère et la fille

D'après l'avocat, c'est Liliane Bettencourt elle-même qui est à l'origine de cette réconciliation. "Dans cette famille, il y avait ce qu'on entendait publiquement, des disputes familiales, et puis en réalité une relation continue. Françoise Meyers-Bettencourt et Liliane Bettencourt se rencontraient régulièrement", a justifié Me Wilhelm. "Depuis plusieurs mois, Liliane Bettencourt m'avait demandé de parler avec l'avocat de sa fille. Et il y a quelques semaines, elle avait dit 'il est temps de parler des choses sérieuses'", a-t-il ajouté.

Aucune transaction financière n'est en jeu, affirme le conseil de l'héritière de L'Oréal. "Ce n'est pas une affaire de gros sous", dit-il. "Liliane Bettencourt est propriétaire de Téthys jusqu'à sa mort, et de ce fait, contrôle des actions" du groupe cosmétique, a rappelé Me Wilhelm. "Ce qui était en jeu pour Liliane Bettencourt, c'était qu'on affirme sa capacité civile et intellectuelle, sa liberté jusqu'à la fin de ses jours", a indiqué l'avocat.

Banier "pas concerné par cet accord"

Concernant François-Marie Banier, il "n'est pas concerné par cet accord", a insisté Me Wilhelm. Le photographe "a passé un accord avec Françoise Meyers-Bettencourt qui ne me regarde pas, je ne le connais pas". En revanche, François-Marie Banier devrait renoncer à deux contrats d'assurance-vie, qu'il aurait dû toucher à la mort de la milliardaire. "Liliane Bettencourt attend qu'il les lui rende", a précisé l'avocat. Selon certains médias, le montant des ces contrats s'élève à 500 millions d'euros.