L’université Paris VII attire un Nobel

  • A
  • A
L’université Paris VII attire un Nobel
@ Reuters
Partagez sur :

George Smoot, prix Nobel de physique 2006, quitte Berkeley pour intégrer l’université Paris-Diderot.

Après une année dans le laboratoire Astroparticules et Cosmologie, le prix Nobel George Smoot a décidé de rester en France. Cet astrophysicien et cosmologue a obtenu un poste de titulaire à l’université Paris Diderot, situé dans le nouveau quartier universitaire de la rive gauche parisienne. Il doit prendre son poste en mai prochain.

George Smoot a reçu le Prix Nobel de physique en 2006 pour ses travaux sur l’imagerie du fond diffus cosmologique. Enseignant à la célèbre université américaine de Berkeley, ce francophile a pourtant postulé à un poste de professeur titulaire à l’université française. George Smoot va donc devenir fonctionnaire avec deux missions : participer à la recherche fondamentale, mais aussi enseigner aux élèves en licence et en masters.

"Il va donner une nouvelle dynamique" au laboratoire Astroparticules et Cosmologie, espère Vincent Berger, président de l’université Paris-Diderot :

Comprendre la structure de notre univers

Le laboratoire qu’il rejoint a été créé en 2005 et mène des recherches à la croisée de la cosmologie, de l’astrophysique et de la physique des neutrinos.

Vincent Berger donne quelques explications pour comprendre ce qu’est la cosmologie :



George Smoot est l’un des pionniers dans ce domaine et a participé à l’élaboration de la mission Cobe, un satellite envoyé dans l’espace pour permettre une représentation de l’univers 300.000 ans après le big bang, l’époque la plus ancienne que les scientifiques ont pu calculer. C’est grâce aux découvertes de la mission Cobe que George Smoot a obtenu le Nobel de physique en 2006.

A terme, le chercheur américain ambitionne de créer un centre de cosmologie au sein de l’université Paris Diderot, associant le laboratoire universitaire avec ses homologues de l’Observatoire de Paris, de l’Institut d’Astrophysique Spatiale et le Laboratoire de Physique Nucléaire et des Hautes Energies.