L'UE épingle toutes les centrales françaises

  • A
  • A
L'UE épingle toutes les centrales françaises
La doyenne des centrales nucléaires hexagonales, Fessenheim, n'est pas la pire en France, selon le rapport de l'Union européenne.
Partagez sur :

Un rapport bruxellois décèle des défaillances dans les 19 centrales, mais ne préconise aucune fermeture.

Toutes les centrales nucléaires françaises contiennent des défaillances. C'est le constat inquiétant que dresse l'Union européenne, à l'issue de contrôles de sécurité systématiques post-Fukushima, révélés lundi soir par Le Figaro.

Le document de travail recense une batterie de tests de résistance menés depuis un an sur les 134 réacteurs d'Europe et doit être validé par la Commission mercredi. Il établit notamment que les 19 centrales manquent d'instruments de mesure sismique adaptés aux exigences post-Fukushima.

Sans exception non plus, les équipements de secours en cas d'accident ne sont pas adéquatement protégés des éléments; à la différence des réacteurs allemands, britanniques, espagnols ou suédois. Des carences qui avaient été relevées par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) française dans son propre rapport, et auxquelles EDF s'est engagé à remédier, rappelle le quotidien.

Fessenheim pas si mal en point que ça

Les recommandations seront soumises au sommet des chefs d'État et de gouvernement, "probablement en octobre". Mais aucune fermeture n'est toutefois préconisée par le rapport, qui salue le fait que les centrales françaises sont toutes équipées de "recombineurs d'hydrogène", un dispositif qui aurait évité les explosions d'hydrogène à Fukushima si les réacteurs japonais en avaient été pourvus, d'après divers experts.

Pour l'anecdote, il apparait que la doyenne Fessenheim, que veut fermer François Hollande, présente moins de mauvais points que certaines de ses cadettes. "Un exemple: les procédures prévues en cas d'accident grave sont jugées insuffisantes à Chooz et Cattenom mais adéquates à Fessenheim", écrit Le Figaro.